AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ian Blackwood

avatar

funny jokes : 65
registration date : 29/09/2016

MessageSujet: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Lun 10 Oct - 0:55

ft. Noam Sparks & Ian Blackwood


   
« L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. »
Conflits entre voisinages, tapages nocturnes, disputes conjugales, rixes dans la rue entre ''gang'', le quotidien d'un flic n'était pas aussi exaltant que l'avait espéré Ian , pourtant, il n'avait franchement pas le temps de s'ennuyer. Mais le pire de tout était encore les journées où il était enfermé aux commissariat, à prendre de simples dépositions, comme ce jour là. Tout ce qui était de l'ordre de l'administratif ne l'intéressait pas vraiment, il préférait être sur le terrain afin d'être physiquement utile.  Les journées comme celle-ci lui faisait regretter de ne pas s'être orienté vers le SWAT, mais Delilah oblige. Elle n'avait déjà pas aimé qu'il s'intéresse à l'armée, alors cette unité de police était bien la dernière que le brun aurait eu le droit de choisir... Il l'ignorait encore, mais ce type qui venait  d'entrer au commissariat allait changer sa façon de voir le métier... Il le reçu avec le sourire, faisant contraste avec la mine mi énervée, mi angoissée de l'homme. Il venait pour porter plainte contre sa locataire qui n'avait pas payer son loyer depuis quelques mois et qui ignorait chacun de ses appels. Ian aurait aimé dire à cet idiot de propriétaire qu'il devait peut-être se montrer plus conciliant, peut-être avait-elle un problème d'argent, peut-être qu'ils pourraient gerer sans avoir recours aux forces de l'ordre ? Mais c'était difficilement faisable. Il prit la déposition du propriétaire, et, avant d'enregistrer le dépôt de plainte, lui dit : «  écoutez, c'est vous qui voyez, mais peut-être pourrions nous aller à son domicile ensemble et essayer d'obtenir votre chèque sans tout ça ? » Non seulement ça lui semblait plus raisonnable, mais ça lui permettrait de sortir d'ici. L'homme accepta, et ils partirent ensemble à l'adresse de la locataire. Dans le hall d'entrée, Ian fut interpellé par la boite aux lettres, à son nom, débordant de courrier. Sonnant à la porte à plusieurs reprises sans réponse, le propriétaire lui dit apprit alors qu'il ignorait si elle était là, qu'elle ne s'était pas présenter à son travail depuis 3 mois , son téléphone était en messagerie, et elle n'était pas joignable sur son fixe. C'était seulement maintenant qu'il disait tout ça ? Fronçant des sourcils, le policier sonna une dernière fois en disant : «  Mademoiselle Potter ? Police, nous allons rentrer... ». Sans réponse, le propriétaire fourra sa clé dans la serrure et déverrouilla la porte, laissant Ian entrer en premier. Personne. Faisant le tour de l'appartement, celui-ci semblait appartenir à une personne presque maniaque. Alors forcément, la poussière sur les meuble et la vaisselle oubliée datant d'un certain moment laissait penser que Brooke Potter n'avait pas mit les pieds ici depuis des lustres «  Vous pensez qu'elle a disparu ? » demanda-t-il. Cette pensée expliquait sa tête angoissée de tout à l'heure. Ne voulant pas parler trop vite, Ian ne répondit que par une petite moue dubitative.  Il regarda l'armoire dans sa chambre, constatant que ses affaires étaient toujours ici, elle n'était donc pas partie, ou alors, de façon précipité peut-être ? «  Je crois qu'on devrait rentrer au poste, et enregistrer un avis de recherche plutôt... » suggéra-t-il. Ce qu'ils firent, après quoi, le propriétaire reparti.

Personne n'avait signalé sa disparition jusqu'ici. Se rendant à son travail, il eut la confirmation qu'elle ne s'était pas présentée là-bas depuis quelques temps, d'ailleurs, parmi le courrier vomit par la boite aux lettres, se trouvait des lettres d'avertissement de son boulot, ainsi qu'un renvoi. Personne n'avait de nouvelles d'elle, pas même ses amis les plus proches , pas de parents, pas de petit ami... Dans son dossier, il vit qu'elle avait une soeur. Dans un premier temps, il songea à la contacter avant de lire qu'elle était décédée. Elle s'était suicidée il y avait de cela une dizaine de mois.  Peut-être que Brooke Potter avait décidé de tout plaquer, vivant mal cette perte? Si elle n'avait pas tout ces impayés qui impliquait la justice, peut-être que le dossier aurait été mit de coté... Pour en savoir plus, il rechercha le dossier de la petite soeur, pour comprendre un peu mieux ce suicide. C'est alors qu'il remarqua que le Lieutenant Sparks était mentionné dans le compte rendu du rapport. Pas parce qu'il s'était occupé de l'affaire, mais parce que Brooke Potter l'avait accusé d'être à l'origine du suicide de sa frangine. Quand il lu qu'il avait fréquenté la jeune femme, il imagina facilement toute l'histoire. La petite soeur avait mal supporté le rejet de l'homme et avait fait une connerie, attentant à ses jours. Du point de vue de Brooke, le coupable était forcément l'ex. L'affaire avait été classé sans suite, puisqu'il était évident que Noam n'était pas responsable de l'instabilité mentale de la demoiselle, passif complexe mit en évidence par cette lettre désespérée qu'avait apporté Brooke. Du coup...Peut-être connaissait-il la soeur ? Se rendant à son bureau, il toqua avant d'entrer : «  Lieutenant Sparks...? Désolé de vous déranger... On vient de lancer un avis de recherche sur une jeune femme, et j'ai lu dans un rapport que vous aviez fréquenté sa soeur... Vous connaissiez peut-être Brooke Potter ? » demanda-t-il à son supérieur, espérant obtenir quelques informations. C'était quelque peu gênant de lui demander ça, parce qu'il avait peut-être eu des soucis à cause de cette fausse accusation, tant sur le plan professionnel que personnel, mais il se devait d'essayer. Peut-être savait-il si disparaitre ainsi était déjà arrivé à Brooke, si elle se réfugiait quelque part, bref, s'il avait des informations qui pourrait l'aider à retrouver la jeune femme.
   

   

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noam Sparks

avatar

funny jokes : 183
registration date : 01/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a suit and a pair of mocassin very beautiful
best buddies ever:
availability: 4/4 too late i'm busy

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Mer 12 Oct - 11:20


L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.
Noam & Ian




Dix années s'étaient écoulés depuis que j'avais perdu mon amour de jeunesse, celle qui était devenu ma femme, neuf années que j'avais intégré l'institution de la justice pour lui faire vengeance et si au départ ce n'était qu'un moyen d'arriver à mes fins, j'avais fini par m'y plaire. Les rixes, les cambriolages, tapages nocturnes, dealers, prostitutions et j'en passe, un métier très diversifié et polyvalent, ce qui me va très bien, j'aime donner de la tête à droite et à gauche, mon travail c'est la seule chose qui m'a permis de garder la tête au dessus de l'eau quand tout n'allait pas. Je me suis noyé dans mon travail, toutes ses années au point que j'obtienne une promotion de lieutenant, cependant quand j'ai accepté cette promotion, je n'aurais jamais songé que mon boulot allait changer, diriger un peu les hommes, être plus dans l'administratif que sur le terrain, mais que nenni ! Le jour où vous arriverez à me poser bien sagement dans un coin, faudra qu'on m'appelle.

Trois mois s'étaient écoulés depuis le meurtre de celle qui avait joué un double jeu, cette femme qui avait profité de mon amnésie et de l'handicap qu'avait provoqué l'accident pour me le faire payer. Si pour moi les semaines passés s'étaient plutôt bien passé, ce n'était pas le cas de Blake, mais voilà que mes agissement allait refaire surface sans que je m'y attende réellement. Assis derrière mon bureau, je travaillais sur les rapports d'enquêtes auxquelles j'avais participer, les résultats du commissariat concernant les affaires traités, le taux de criminalité et tout un tas de paramètres dont je me demandais à quoi ils pouvaient bien servir. Puis soudainement le court de mes pensées fût interrompu par l'agent Blackwood, il franchit le seuil de ma porte, et mon regard se posa sur l'homme.

 «  Lieutenant Sparks...? Désolé de vous déranger... On vient de lancer un avis de recherche sur une jeune femme, et j'ai lu dans un rapport que vous aviez fréquenté sa soeur... Vous connaissiez peut-être Brooke Potter ? » mes sourcils se froncèrent, n'ayant aucune existence d'un rapport me concernant, la question du jeune homme avait double sens, ça faisait un moment que j'exerçais ce métier maintenant, il essayait de me compromettre, il allait pouvoir courir d'avance, j'étais bon dans ce que je faisais et ne laissais rien de côté. Ma lèvre se pinça doucement avant de rentrer dans le lard du jeune homme.  « Agent Blackwood c'est ça ? Je peux savoir en quel honneur vous décidez de lancer un avis de recherche sans m'en parler premièrement. Deuxièmement j'ignorais qu'un rapport me concernant exister, j'aimerais bien que vous me montriez le dossier de cette dite sœur et de cette fameuse Brooke Potter. » Montrant ma supériorité face à cet agent qui mettait son nez dans une affaire dont il ignorait tout, il allait falloir que je m'occupe de celui-là, d'une manière ou d'une autre. Entrelaçant mes doigts, mes pupilles se fondant dans le regard de mon collègue.  « En ce qui concerne ma vie privée, dont vous semblez porter un grand intérêt, sachez qu'au meilleur de ma forme en deux ans j'ai couché avec une centaine de femme, j'ai arrêté de compter après ça, alors le nom de famille des femmes n'est pas la première chose que je demande voir jamais en toute honnêteté, et quand aux prénoms ce n'est pas la chose dont je me rappel le plus, éventuellement un visage me parle. » livrais-je en toute honnêteté avec cette arrogance qui reprenait le dessus.  « vous avez lancé un avis de recherche de ce que vous m'avez annoncé en arrivant, une preuve que la personne se soit fait enlever ? Quel âge à votre disparu ? Je peux savoir pourquoi une simple affaire de disparition passe avant des affaires plus urgentes ? Comme le nouveau trafic de stupéfiant qui a déjà fait 15 cas d'overdoses par exemple ? Alors agent Blackwood, vous avez quoi à répondre ? Depuis quand on fait un avis de recherche pour une personne majeur qui n'a certainement pas d'attache ? »



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Blackwood

avatar

funny jokes : 65
registration date : 29/09/2016

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Mer 12 Oct - 21:54

ft. Noam Sparks & Ian Blackwood


   
« L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. »
Ian ne se sentait pas des plus à l'aise de venir demander au lieutenant s'il connaissait Brooke Potter, justifiant cette potentielle connaissance par ce qu'il avait lu dans un dossier, à savoir : qu'il avait fréquenté la petite soeur de la disparue du jour. D'une façon générale, fouiner dans la vie des gens n'était pas trop son truc, en revanche, dans le cadre de son métier, il avait moins de gêne. C'était pour une enquête, pas pour un quelconque besoin de potins. Il lui parla donc de l'avis de recherche lancé pour la jeune femme, en précisant qui elle était. Si Ian, à ce moment, avait eu des doutes sur l'homme face à lui, il aurait été intrigué par sa réaction. A l'heure d'aujourd'hui, il ignorait tout et venait simplement pour essayer de trouver une source qui connaitrait cette jeune femme, pour comprendre sa disparition du monde depuis trois mois. Il fut donc seulement surprit par la réaction de son supérieur, qui semblait se braquer. Peut-être avait-il vu juste lorsqu'il pensait de façon tout à fait hypothétique que cette affaire avait eu un impact sur sa vie. .  « Agent Blackwood c'est ça ? - Ian acquiesça d'un signe de la tête - Je peux savoir en quel honneur vous décidez de lancer un avis de recherche sans m'en parler premièrement. - Cette fois, ce fut Ian qui fronça légèrement des sourcils. Il avait l'impression de se faire sermonner alors qu'il avait l'impression d'avoir agit au mieux, dans l'intérêt de la disparue - Deuxièmement j'ignorais qu'un rapport me concernant existait, j'aimerais bien que vous me montriez le dossier de cette dite sœur et de cette fameuse Brooke Potter. »  Mordant sa langue pour ne pas rentrer dans le jeu du : ''je te fonce dans le lard ''dont il n'était pas dernier, par simple soucis hiérarchique, Ian hocha la tête en signe d'acceptation. Bien sur qu'il pouvait lui montrer le dossier, si ça pouvait lui faire plaisir..  « En ce qui concerne ma vie privée, dont vous semblez porter un grand intérêt – le brun sourcilla. Non, il n'en avait pas grand chose à foutre à vrai dire - sachez qu'au meilleur de ma forme en deux ans j'ai couché avec une centaine de femme, j'ai arrêté de compter après ça, alors le nom de famille des femmes n'est pas la première chose que je demande voir jamais en toute honnêteté, et quand aux prénoms ce n'est pas la chose dont je me rappel le plus, éventuellement un visage me parle. » et à vrai dire, ça non plus. Savoir où et avec qui le Lieutenant Sparks avait joué à touche pipi ne l'intéressait franchement pas. Il hésita d'ailleurs a fermer la porte, par soucis de confidentialité, mais il se dit alors que si son chef lui livrait sa vie ainsi sans détour, c'était qu'il n'était pas vraiment gêné par ça.    « vous avez lancé un avis de recherche de ce que vous m'avez annoncé en arrivant, une preuve que la personne se soit fait enlever ? Quel âge à votre disparu ? Je peux savoir pourquoi une simple affaire de disparition passe avant des affaires plus urgentes ? Comme le nouveau trafic de stupéfiant qui a déjà fait 15 cas d'overdoses par exemple ? Alors agent Blackwood, vous avez quoi à répondre ? Depuis quand on fait un avis de recherche pour une personne majeur qui n'a certainement pas d'attache ? »  Ian resta quelque peu bouche bée devant cet homme. Non pas parce qu'il était son chef et qu'il pouvait l'intimider, peut-être dans une autre vie mais pas aujourd'hui. Il se demandait juste comment ce dernier comptait à ce qu'il lui réponde à son avalanche de questions sans lui laisser la moindre chance d'en placer une. Sans se laisser démonter, il décida de rebondir sur la dernière question, dans un premier temps...

«  Sans doute depuis que la personne majeur qui n'a ''supposément'' - sa voix laissait imaginer les guillemets   -  pas d'attaches à des créanciers qui réclament leur argent. Son propriétaire est venu pour porter plainte contre elle, elle n'a pas payé son loyer depuis approximativement trois mois, et elle ne s'est pas non plus rendu à son lieu de travail. Je comptais faire une demande pour récupérer son courrier. J'imagine qu'elle croule sous une avalanche de factures impayées, et qu'il sera important de la retrouver pour certains. Vous savez tout comme moi que les chances de retrouver une personne ayant disparu sont réduites de moitié après les 36 premières heures et après 72 heures, il y'a moins de 30% de chance de la retrouver... Ici, à en croire son proprio et son boulot, elle a disparu depuis 3 mois, je vous laisse faire le calcul... Et puis qui sait...  Peut-être fait-elle partie des statistiques d'overdose ? » Ian aussi pouvait se montrer impertinent, notamment dans sa façon de faire pour faire comprendre à son chef que son coup de sang précédent était injustifié et qu'en l'occurrence, c'était lui qui avait raison. Il n'y croyait pas à l'hypothèse de l'overdose, mais si c'était la seule façon qu'il avait pour donner de l'importance sa démarche...  C'est alors qu'un détail l'intrigua : «  Mais... Il ne me semble pas avoir mentionner que Brooke Potter était majeure... » C'était donc qu'il se souvenait d'elle, n'est-ce pas ? L'une de ses précédentes questions avait été à propos de son age, question à laquelle il avait finalement répondu lui même avec un certain aplombs en sermonnant Ian tout en sous entendant qu'il avait été idiot de lancer un avis de recherche pour elle. Il paraissait évident finalement que Noam se souvenait de cette femme. Pouvait-il vraiment avoir oublié cette Brooke qui semblait un peu folle, et qui avait tenter le scandale en l'accusant de meurtre pour sa soeur suicidée? Peut-être aurait-il du s'arrêter là, mais Ian n'avait jamais été du genre à s'en prendre plein la gueule et à se taire. Un jour, ça lui porterait probablement préjudice... il décida de lui faire savoir, en restant tout de même un tant soit peu respectueux. «  Vous savez, contrairement à ce que vous pensez, votre passé ne m'intéresse absolument pas. Même si je dois admettre que je suis impressionné par vos stat'.... dit-il dans un leger sourire, histoire de calmer le jeu - Sauf votre respect Lieutenant, j'vous ai simplement demandé si vous aviez souvenance de cette femme là pour m'aider à faire avancer l'enquête. Un simple non, ou en l’occurrence , peut-être, aurait suffit... Mais je suis ravi de voir que vous semblez avoir recouvré la mémoire. On fait quoi du coup? Vous voulez quand même perdre encore plus de temps et jeter un coup d'oeil au dossier classé de la petite soeur, ou vous vous décidez à me donner un coup de main pour cette affaire? » Peut-être qu'il frôlait plus l'insolence qu'autre chose à cet instant, mais il ne comprenait pas pourquoi son supérieur lui en avait mit plein la tronche ainsi. C'est con, de loin il semblait sympa. Dans d'autre circonstances, apprendre le passif de coureur de jupons de Sparks aurait été quelque chose qui aurait fait sourire Ian, et il se serait même dit qu'ils avaient un point commun tous les deux. Mais de plus près il avait tout l'air d'un gros con. Delilah allait être ravie de voir que Ian se faisait déjà ''des amis'' après seulement presque deux semaines ici...


   

   

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noam Sparks

avatar

funny jokes : 183
registration date : 01/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a suit and a pair of mocassin very beautiful
best buddies ever:
availability: 4/4 too late i'm busy

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Jeu 13 Oct - 0:10


L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.
Noam & Ian




Naïvement j'avais pensé qu'avec toutes les précautions prises, on ne remarquerait pas la disparition de cette Brooke, c'est étrange d'apprendre qu'une enquête en cour pour sa disparition avait été lancé et encore plus par un de mes agents. Bien que j'avais vécut comme tous le monde ses trois derniers mois, avec malheureusement les contres coups d'un acte aussi odieux, les cauchemars, le sommeil agité, parfois même entendre des voix, ça recommencer encore une fois mais là ce n'était pas la même chose, cette fois-ci ce n'était pas calculé, il n'était pas question de vengeance, au départ seulement lui faire peur et lui faire quitter la ville mais cette imbécile avait voulu me faire payer la mort de sa sœur. Réussissant presque son coup en poignardant cette femme dont j'étais tombé amoureux au premier regard, ravivant les cendres au fond de mon cœur qui n'avait plus vu le feu hardant, cette chevelure blonde qui attendait un enfant dont j'étais le géniteur, malencontreusement pour elle, mes réflexes de policier n'ont jamais faibli et il a fallut même pas cinq secondes pour pointer mon arme et tirer, je n'avais pas souhaité la tuer, simplement la blessé or elle n'avait pas survécut, morte sur le coup. Pourquoi avait-il fallu qu'un propriétaire vienne retourner le couteau dans la plaie, tout ça pour quelques poignées de dollars, j'ignorais pour le moment la manière dont j'allais me prendre pour éloigner ce policier de cette affaire mais une chose était sur il venait de mettre son nez dans une affaire qui le dépasser. Quels hypothèses bouillonner dans son cerveau ? Dur à dire, mais il était hors de question que ce jeune ruine ma carrière, il ne me connaissait pas et ça c'était déjà un avantage pour moi. Ne montrant aucune faille, aucune déstabilisation quand à ce sujet qui me toucher pourtant en plein cœur. Pourtant je montais très vite sur mes chevaux quant aux insinuations du jeune homme.


«  Sans doute depuis que la personne majeur qui n'a ''supposément''- sa voix laissait imaginer des guillemets, si il y a une chose que je ne supporte pas c'est qu'on se montre insolent et surtout avec son supérieur, en l’occurrence moi,  
-  pas d'attaches à des créanciers qui réclament leur argent. Son propriétaire est venu pour porter plainte contre elle, elle n'a pas payé son loyer depuis approximativement trois mois, et elle ne s'est pas non plus rendu à son lieu de travail. Je comptais faire une demande pour récupérer son courrier. J'imagine qu'elle croule sous une avalanche de factures impayées, et qu'il sera important de la retrouver pour certains. Vous savez tout comme moi que les chances de retrouver une personne ayant disparu sont réduites de moitié après les 36 premières heures et après 72 heures, il y'a moins de 30% de chance de la retrouver... Ici, à en croire son proprio et son boulot, elle a disparu depuis 3 mois, je vous laisse faire le calcul... Et puis qui sait...  Peut-être fait-elle partie des statistiques d'overdose ? » sa réponse n'était pas si bête que ça, sauf que dans ce cas là je connaissais la réponse puisque j'étais la dernière personne à avoir vu et jeter son corps dans les eaux salées de l'Atlantique.

 « Vous ne vous êtes pas dit que c'est peux-être parce qu'elle avait des factures qu'elle a peux-être mis les voiles ? Après tout combien de citoyens s'en vont sans prévenir, pour éviter qu'on les retrouve, et je ne parle pas en période de tourisme quand des étrangers font des chèques en bois à nos commerçants, ils n'en voient pas la couleur. » je levais les yeux aux ciels  « si ça vous amuses de faire des hypothèses saugrenues, mais je pense que c'est une perte de temps. Par contre arrêter le trafic qui sévit actuellement serait peux-être plus urgent, vous en êtes où concernant cette affaire Blackwood. » c'est comme si on avait appuyé sur un bouton retour en arrière, me retrouvant de nouveau comme j'étais à 18 ans, arrogant, prétentieux, ce sale gosse de riche qui aimait rabaissé les gens, c'était d'une certaine manière ma carapace pour ne pas laissé percevoir une brèche et qu'il s'y faufile tel un lézard.


«  Mais... Il ne me semble pas avoir mentionner que Brooke Potter était majeure... » en effet il ne l'avait pas mentionné, mais je ne pouvais avouer connaître la jeune femme, il pourrait élargir son champs de suspect à ma propre personne et à ce moment là, tel une partie d'échec le roi que je suis finirait dans les mains de ce petit crétin qui prend des initiatives certes mais des décisions qui sans qu'il ne s'en rende compte me mettrait en péril.  « Je ne couche pas avec des femmes mineures et sa sœur était la dernière, ça s'appelle de la logique, vous connaissez la définition ? » une pique de plus envoyé dans cette gueule d'ange.
«  Vous savez, contrairement à ce que vous pensez, votre passé ne m'intéresse absolument pas. Même si je dois admettre que je suis impressionné par vos stat'.... il esquissa un léger sourire, se foutait-il de ma tête ? En tout cas une chose est quasi sur aucun hommes dans cette ville n'a pu couché avec autant de femmes, il faut dire que pour moi c'était un besoin, de me vider la tête de tenter de passer à autre chose après avoir perdu ma femme, ressortir ma rage, ma souffrance autrement qu'en courant plusieurs dizaines de kilomètres par jour, et à dire vrai ce type de sport était beaucoup plus plaisant. Je ne relève pas sa petite réplique censé peux être calmer le jeu mais voilà qu'il commence à me taper sur le système en revenant à la charge.  
- Sauf votre respect Lieutenant, j'vous ai simplement demandé si vous aviez souvenance de cette femme là pour m'aider à faire avancer l'enquête. Un simple non, ou en l’occurrence , peut-être, aurait suffit... Mais je suis ravi de voir que vous semblez avoir recouvré la mémoire. On fait quoi du coup? Vous voulez quand même perdre encore plus de temps et jeter un coup d'oeil au dossier classé de la petite soeur, ou vous vous décidez à me donner un coup de main pour cette affaire? » mais le respect il l'avait un peu négligé depuis quelques minutes, je serrais mon poing pour ne pas réagir trop impulsivement, dans un autre cadre il se serait certainement prit une bonne droite dans son visage or là je ne pouvais agir ainsi sans me montrer vulnérable.  « Je ne connais pas cette femme agent Blackwood donc ça serait bien que vous cessiez vos insinuations grotesques, pour l'affaire de sa sœur il est inutile de remettre mon nez dedans, elle s'est suicidé avec une lettre ça s'arrête là, concernant cette jeune femme voyant votre grand intérêt vous avez deux heures pour creuser sa vie, ses petits amis, son parcours scolaires, ses parents, ses rapports avec la drogue, les suivis médicaux, en ce qui me concerne je n'ai pas besoin de plus de détails pour conclure qu'il s'agit d'une fuite, supportant certainement plus de vivre dans la même ville qui avait prit sa sœur et dont les souvenirs sont douloureux. Mais allez-y prouvez moi que je me trompe. » lançais-je en guise de défi à l'homme en face de moi qui faisait partie de mon unité depuis seulement deux semaines , et bien avant qu'il ne me tourne le dos  « Eh Blackwood, vous êtes nouveau ici, faites attentions à ce que vous dites et la manière que vous employez, si vous ne voulez pas finir à la circulation pour les dix prochaines années. » Le plan de la jeune femme avait été parfait, elle s'était renseigné sur un nombres incalculables de détails concernant Eva néanmoins elle avait fait des erreurs comme certains goûts de plat, ça m'avait légèrement titillé au début sans trop me questionner, les renseignements qu'elle avait pu obtenir sont certainement des articles de la presse people qui aimait suivre la vie d'un héritier de mon genre ou des femmes qui partage ma vie ou mon lit.  « il est 15h00 à 17h00 je vous veux dans mon bureau avec votre rapport. Disposez. »



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Blackwood

avatar

funny jokes : 65
registration date : 29/09/2016

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Jeu 13 Oct - 21:08

ft. Noam Sparks & Ian Blackwood


 
« L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. »
« Vous ne vous êtes pas dit que c'est peux-être parce qu'elle avait des factures qu'elle a peux-être mis les voiles ? Après tout combien de citoyens s'en vont sans prévenir, pour éviter qu'on les retrouve, et je ne parle pas en période de tourisme quand des étrangers font des chèques en bois à nos commerçants, ils n'en voient pas la couleur. » répliqua Noam lorsque Ian évoqua l'urgence de retrouver Brooke, pour effacer ses dettes. C'était possible, mais pourquoi aurait-elle tout laissé derrière elle ? Si Ian n'avait plus d'argent un jour, il prendrait ses quelques biens avec lui histoire de ne pas se retrouver sans rien du tout. C'était possible cette hypothèse, mais étrange. Mais possible. Merde, pensa-t-il, se disant qu'il avait peut-être réagit trop vite en effet... Ca l'agaçait, parce qu'il n'aimait pas se remettre en question, Ian n'avait jamais tord, même lorsqu'il avait tord.   « si ça vous amuses de faire des hypothèses saugrenues, mais je pense que c'est une perte de temps. Par contre arrêter le trafic qui sévit actuellement serait peux-être plus urgent, vous en êtes où concernant cette affaire Blackwood. » Il se contenta de fixer son chef. Il n'attendait pas de réponse, non ? C'était plus rhétorique qu'autre chose, n'est-ce pas ? Refusant de changer de sujet, il mentionna le fait qu'il n'avait jamais dit que Brooke était majeure. « Je ne couche pas avec des femmes mineures et sa sœur était la dernière, ça s'appelle de la logique, vous connaissez la définition ? »  La réponse de son chef, bien qu'arrogante,  confirmait ce qu'il pensait : il savait très bien de qui il parlait. Si certes il était probable qu'il ne connaisse pas l'ainée, il se souvenait tout à fait de la petite soeur. Comment l'aurait-il resitué dans la famille autrement ? La suite de leur discussion lui confirma cette pensée. Il se souvenait même de la lettre. Pourquoi avoir nié précédemment en prétendant ne pas se souvenir des femmes avec qui il couchait ?  Toute cette conversation aurait pu s'arrêter bien plus tôt si Sparks n'avait pas prit la mouche à la question de Ian. Pfff, Mr-au-meilleur-de-ma-forme devrait songer à tirer un coup, ça l'détendrait, songea le brun, agacé. "Vous avez deux heures pour creuser sa vie, ses petits amis, son parcours scolaires, ses parents, ses rapports avec la drogue, les suivis médicaux, en ce qui me concerne je n'ai pas besoin de plus de détails pour conclure qu'il s'agit d'une fuite, supportant certainement plus de vivre dans la même ville qui avait prit sa sœur et dont les souvenirs sont douloureux. Mais allez-y prouvez moi que je me trompe. » ordonna-t-il. Malgré son ton, Ian sembla satisfait. S'il n'avait pas insisté depuis le début, jamais il n'aurait eu cette autorisation, et la possibilité de faire ses preuves. Mais... Deux heures ? C'était juste impossible, était-il seulement au courant de ça? Alors qu'il allait lui en toucher deux mots, Noam lui coupa l'herbe sous le pied en reprenant la parole « Eh Blackwood, vous êtes nouveau ici, faites attentions à ce que vous dites et la manière que vous employez, si vous ne voulez pas finir à la circulation pour les dix prochaines années. »  C'était le moment de fermer sa gueule, là, non ? Pourtant, il mourrait d'envie de lui rétorquer quelque chose, mais ce fit violence pour garder ses paroles en lui.  « il est 15h00 à 17h00 je vous veux dans mon bureau avec votre rapport. Disposez. »  conclut-il alors, congédiant le policier. S'il ouvrait la bouche, ne serait-ce que pour dire un « merci » ironique, il risquait de libérer le kraken et de finir à la circulation, comme promis. Il était donc plus sage de se contenter d'un sourire pincé, avant de prendre la porte. Lorsqu'il la ferma, celle-ci claqua derrière lui. Peut-être avait-il mit plus de force que nécessaire ? Ca le fit râler. Il n'avait pas souhaité y mettre tant de force. Il retourna vers son ordinateur, sous le regard d'une collègue. «  Toi t'as la gueule de quelqu'un qui s'est fait engueuler... le Bleu. » dit-elle dans un sourire pour détendre l'atmosphère. Ian soupira, ne comprenant pas la tournure de cette discussion avec son chef. Il expliqua les grandes lignes à la jeune femme, qui lui dit alors : «  Il a plus d'expérience que toi tu sais ? S'il dit que c'est une fuite, c'est sans doute à 90% le cas... » Super, tout le monde était de son côté ? Elle lui proposa malgré tout un petit coup de main pour ses recherches, ce qui redonna un peu d'espoir au brun.

La dernière fois que Ian avait regardé l'heure, il était 15h40. L'heure suivante avait filée à une vitesse monstre, lui laissant que très peu de temps pour finir cet espèce de devoir qu'il avait à faire. Malgré l'avis général, il restait persuadé qu'elle n'avait pas quitter la ville, ni même le pays. A 17 heures pétantes, il se présenta au bureau de Sparks après avoir rassemblé ses informations et celles de sa collègue la bonne fée. Être à l'heure lui éviterait d'autre remarque, ou même qu'il refuse de l'écouter sous prétexte qu'une minute s'était déjà écoulée. Il en était au moins capable. Ian avait choisit d'éviter de mentionner le fait que Brooke avait fuit de sa ville d'enfance, pour ne pas laisser à Noam la chance de souligner ce fait pour le relier à son hypothèse personnelle. Tout du moins, il avait choisi de tourner ça autrement. Entrant pour la deuxième fois dans le bureau du Lieutenant, Ian déposa le dossier qu'il avait monté en deux heures, devant lui et prit la parole avec assurance : « Mlle Potter à eu une enfance difficile, mais ça ne l'a pas empêcher d'être combative face à la vie.  C'était une enfant battue par un père alcoolique et abusif.. Malgré son jeune âge, elle a décidé de prendre à charge sa petite soeur pour lui éviter de vivre l'enfer qu'elle avait elle même subit et l'a éloigné géographiquement de leur père.. - elle a fuit, en somme -   Elle a cumulé pas mal de petits boulots pour subvenir à leurs besoins, et n'a donc, par conséquent, pas pu faire de grandes études d'où un parcours scolaire quasi inexistant. Pas d'antécédents médicaux majeurs, pas de petit ami connu à ce jour, elle n'a jamais manqué un jour de boulot, sauf depuis ces derniers mois, évidemment . J'ai épluché son compte en banque, il n'a pas bougé. Elle ne roulait pas sur l'or mais il semblerait qu'elle avait assez pour payer ses factures de juillet.... Elle n'a franchement pas le profil d'une personne qui prend la fuite... Plutôt celui d'une personne qui se bat. Quoi qu'il en soit son compte est gelé, juste au cas où elle tenterait de retirer de l'argent, si elle en est physiquement capable... - Ian n'affirmait pas qu'elle n'était sans doute plus de ce monde, mais il avait pu lui arriver milles choses. Peut-être avait-elle été enlevée ?Si c'était le cas, elle n'était peut-être même plus sur le continent. Il continua son analyse -  Mh...  a part cette fausse accusation à votre égard, elle n'a jamais fait trop de vague. Elle a seulement été quelques fois arrêté pour détention mineure de drogue depuis le décès de sa soeur,...  Et vous serez surpris d'apprendre que sa mère est morte d'une overdose quand elle était plus jeune... » termina-t-il, rappelant son hypothèse de secours, celle d'une 16e victimes de ce trafic de stupéfiant. Peut-être que, finalement, elle avait prit cette voie là elle aussi ? Blackwood regarda son chef, convaincu d'avoir honoré sa part de marché, non sans l'aide secrète de sa collègue qui lui avait permis un gain de temps considérable.  Il ignorait la cause concrète de sa disparition , peut-être avait-elle fréquenté les mauvaises personnes , mais il était convaincu qu'elle n'avait pas tout plaqué du jour au lendemain, volontairement. Pas sans ses affaires, pas sans argent.

 

 

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noam Sparks

avatar

funny jokes : 183
registration date : 01/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a suit and a pair of mocassin very beautiful
best buddies ever:
availability: 4/4 too late i'm busy

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Ven 14 Oct - 15:31


L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.
Noam & Ian



Lors des premières semaines après le crime, mon comportement était loin d'être exemplaire, anxieux, rabaissant, énervant, cette crainte constante qu'on retrouve son corps et que par malheur on remonte jusqu'à moi, arrivé à deux mois j'étais plus soulagé, on sait tous que les premières semaines sont décisif et plus les mois passes moins on a de temps pour retrouver … vivante une personne. Néanmoins il avait fallut ce jour précis, ce propriétaire et cet agent de police pour tout changer, représentant des petits cailloux prit dans un engrenage. Cet agent que je dirigeais pénétra dans mon bureau avec des accusations très soutenu, son impertinence ne me plus guère d'un autre point de vu, quand j'ai démarré ainsi dans ce commissariat j'en voulait, toujours plus, apprendre, me dépasser, faire mes preuves, je me suis trompé souvent sur des affaires mais c'est en échouant qu'on se relève c'est comme sur un ring de boxe, on prend des coups, on encaisse, on serre les dents, le dernier coup qui nous met ko sera celui qu'on utilisera pour se relever, ne plus ressentir cette honte. Ce Ian Black Wood me ressemblait étrangement lors de mes débuts ce qui pouvait étirer un sourire sur mes lèvres carmines, bien que la comparaison soit assez drôle, il y avait autre chose à gérer, il s'était lancé dans cette affaire de disparition concernant la sœur d'un ex coup … et il ne comptait apparemment pas en démordre, pourquoi avait-il fallut que ce soit lui qui enregistre la plainte du propriétaire. Il allait falloir que j'agisse vite, que je ferme cette affaire au plus vite sans qu'il n'est le temps de mettre son nez un peu trop loin.Voulant le piéger je ne lui avais accorder que deux heures pour un complément d'enquêtes sachant pertinemment qu'il fallait beaucoup plus que ça pour obtenir tout les renseignements demandé, et en moins d'être un homme imaginaire vêtu d''un costume rouge qui colle à la peau dont la vitesse surpasse tout esprit logique il était impossible qu'il revienne dans ce bureau à 17 heures tapantes avec un dossier rempli.

« Mlle Potter à eu une enfance difficile, mais ça ne l'a pas empêcher d'être combative face à la vie.  C'était une enfant battue par un père alcoolique et abusif.. Malgré son jeune âge, elle a décidé de prendre à charge sa petite soeur pour lui éviter de vivre l'enfer qu'elle avait elle même subit et l'a éloigné géographiquement de leur père..    Elle a cumulé pas mal de petits boulots pour subvenir à leurs besoins, et n'a donc, par conséquent, pas pu faire de grandes études d'où un parcours scolaire quasi inexistant. Pas d'antécédents médicaux majeurs, pas de petit ami connu à ce jour, elle n'a jamais manqué un jour de boulot, sauf depuis ces derniers mois. J'ai épluché son compte en banque, il n'a pas bougé. Elle ne roulait pas sur l'or mais il semblerait qu'elle avait assez pour payer ses factures de juillet.... Elle n'a franchement pas le profil d'une personne qui prend la fuite... Plutôt celui d'une personne qui se bat. Quoi qu'il en soit son compte est gelé, juste au cas où elle tenterait de retirer de l'argent, si elle en est physiquement capable... »
je laissais le blondinet face à moi énumérer toutes les informations qu'il a pu avoir pendant ses deux petites heures, j'imagine bien ce que pouvais penser cet homme sous mes ordres, pensait-il que je sois un tyran ? Certainement, ou que je sois un mal baisé, mais là dessus il n'avait pas à s'en faire tout aller bien. Adosser contre mon dossier, je ne quittais pas de mes prunelles saphirs l'homme qui m'avait lancé une bombe 3 heures auparavant, un stylo portait à mes lèvres que je pinçais doucement. Concernant le résumé d'Ian je ne pouvais que ressentir de l’empathie envers cette femme, elle avait à son actif un passé chargé, qui me fit un pincement au cœur l'espace d'une seconde, toute sa vie avait été à son image, or ça n'expliquait pas ce qu'elle avait fait. Bien sur le but dans toute cette manœuvre avait été de venger sa petite sœur, une sœur qu'elle avait su protéger toutes ses années d'un père abusif, l'éloignant de ce milieu pour son bien. Elle n'avait donc pas fait d'étude et enchaîner boulot sur boulot pour gagner sa vie, permettre à sa sœur de se cultiver, lui offrir la chance d'avoir une vie qu'elle n'aura jamais. Ce n'était pas étonnant qu'en la repoussant la benjamine de la famille avait fini par se suicider, du moins c'était une des raisons, la fragilité de son esprit en était l'autre. Sauf que cette Brooke m'avait mis tous les tords sur le dos, elle avait fait de moi son bouquet misère, m'en faisant payer le prix en utilisant l'identité de ma femme mais heureusement pour moi, personne n'avait vu la jeune femme en ma compagnie , aucun lien possible entre elle et moi, au pire on pourrait parler de ma femme sauf que toutes personnes dans ma vie et qui était proche de moi dans mon domaine savaient qu'elle était décédé depuis dix ans. Peu d'entre eux oser évoquer son prénom ni me parler de cette histoire.

« Mh...  a part cette fausse accusation à votre égard, elle n'a jamais fait trop de vague. Elle a seulement été quelques fois arrêté pour détention mineure de drogue depuis le décès de sa soeur,...  Et vous serez surpris d'apprendre que sa mère est morte d'une overdose quand elle était plus jeune... »
de mon bureau j'avais pu apercevoir l'agent Carlisle parlait avec le bleu, la connaissant elle avait certainement voulu lui rendre service en l'aidant pour la tâche ingrate que j'avais mûrement réfléchi pour qu'il échoue mais voilà qu'il avait un tas d'informations beaucoup plus utiles que je le pensais.

« Et vous avez trouvez toutes ses informations comme un grand garçon je suppose ? »
lançais-je avec un sourire narquois, je connaissais bien évidemment la réponse , à voir si l'homme allait porter sa paire de testicules. En attendant il fallait que je trouve un moyen qu'il se porte de mon point de vu et qu'il lâche l'affaire sans avoir besoin de lui retirer sans raison apparente, je faisais tournoyer le stylo qui était précédemment dans ma bouche entre mes doigts. « Bien vous souhaitez creuser la piste de la drogue, puisque vous avez l'air de penser qu'elle fasse partie d'une des victimes d'overdose, je vous laisse aller à la morgue demander tout les dossiers de décès depuis trois mois, ça vous occupera, si vous n'avez toujours rien à ce moment là je serais contraint de vous retirez ce dossier et de conclure comme je le sais déjà a un départ volontaire. » je reposais mon stylo sur mon bureau « combien de temps dois-je vous octroyez cette fois-ci ? »


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Blackwood

avatar

funny jokes : 65
registration date : 29/09/2016

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Mar 18 Oct - 16:47

ft. Noam Sparks & Ian Blackwood


 
« L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. »
Ian était plutôt satisfait de lui même, d'avoir réussi à mener cette mission suicide à bien. Il prouvait ainsi à son supérieur qu'il était capable d'effectuer ce genre d'investigation - même s'il avait bénéficié d'un coup de pouce non négligeable - et en prime, ça lui donnait l'espace d'un instant la sensation de lui clouer le bec. Non pas qu'il voulait engager un concours de bite avec lui, mais simplement, de cette façon, c'était comme s'il lui disait : " Tu vois, je ne suis pas l'idiot que tu pense que je suis." et c'était plutôt gratifiant. Qu'importe les tâches ingrates, qu'importe son air arrogant et supérieur, Ian était capable de beaucoup. Et puis, il avait l'air de l'écouter, ce qui était une petite victoire en soit, puisque précédemment, tout ce que l'agent Blackwood avait dit semblait être tombé dans l'oreille d'un sourd. Il termina donc son monologue sur le rapport d'enquête qu'il avait mené, lui semblait-il, avec brio, en camoufflant tant que possible son sourire. Parce que même s'il avait mené cette bataille elle n'était pas finie, et il aurait été particulièrement inconvenant de montrer sa satisfaction dans de telle circonstances. Cette pauvre fille avait disparu,peut-être avait-elle effectivement fuit, peut-être que la cause de sa disparition était plus grave, mais quoi qu'il en soit, la situation ne lui permettait pas la moindre once de joie. C'était bien trop grave pour le prendre à la légère.

Alors qu'il s'attendait naïvement un encouragement, pour sa rapidité à avoir mit à jour le dossier, la seule chose que Sparks trouva à dire fut une pique. Visiblement, il avait aussi son égo, celui là : « Et vous avez trouvez toutes ses informations comme un grand garçon je suppose ? » Peut-être n'avait-il finalement pas marqué de points... Ian n'était pas un menteur, et il aurait été inconscient de sa part de l'être auprès de son chef. Il avait travesti la réalité tout à l'heure, quand au fait qu'elle avait fuit de chez son père, en disant que pour le bien de sa sœur elle l'avait éloigné de leur bourreau, mais il n'avait pas menti. Il avait choisi simplement une approche différente pour annoncé ce fait. Il n'allait donc pas commencé à le faire. Mais, ayant lui même son égo, il n'allait pas non plus dire dire de but en blanc qu'il avait, effectivement reçu un coup de pouce de l'agent Carlisle.  Sans perdre son assurance, il répondit simplement : " Vous n'aviez pas mentionner le fait que je devais trouver ces informations seul. Je sais juste saisir une opportunité lorsqu'elle se présente à moi." Dans le cas présent, la proposition d'aide de la jeune femme pour son rapport. Ca ne pouvait lui faire défaut que d'être capable de travailler en équipe, si ? Ainsi, il ne disait pas non plus qui l'avait aidé, pour ne pas faire d'ennuis à sa bonne fée. Peut-être avait-elle mieux à faire que se pencher sur cette affaire ? Il était sûr que Noam serait capable de le lui reprocher, lui disant que le fait qu'il ne soit pas à fond sur ce trafic de stupéfiant était déjà un problème, alors si en plus de ça, il entrainait les autres avec lui....

Jouant avec son stylo, le Lieutenant lui dit alors : « Bien vous souhaitez creuser la piste de la drogue, puisque vous avez l'air de penser qu'elle fasse partie d'une des victimes d'overdose, je vous laisse aller à la morgue demander tous les dossiers de décès depuis trois mois, ça vous occupera  - Qu'est-ce qu'il croyait ? Que Ian errait oisivement dans le commissariat ?-   si vous n'avez toujours rien à ce moment là je serais contraint de vous retirez ce dossier et de conclure comme je le sais déjà a un départ volontaire. » Trois mois de dossier ? Ian imaginait déjà la tête blasée de Delilah, le voyant plancher sur tout ça, réduisant à néant la moindre parcelle possible d'une vie de couple, ou même d'une vie sociale. Il voulait mener à bien cette enquête, et il ne comptait rien laisser au hasard. Il hocha la tête en signe d'acceptation. Il l'avait voulu cette affaire, il ne pouvait faire demi tour maintenant « Combien de temps dois-je vous octroyez cette fois-ci ? » Ian avait la douce envie insolente de lui rétorquer qu'aux vues de ses exigences, il n'aurait sans doute besoin que d'une toute petite demie heure, mais jouer au plus malin ne l'aiderait pas, et ne rendrait pas non plus service à cette Brooke. Combien de temps lui fallait-il pour éplucher ces trois mois de dossier, ces quinze cas d'overdose ? Presque sûr à 90% qu'elle n'avait aucun lien avec ceux-ci, il devait surtout se laisser du temps pour enquêter en annexe sur de vraie cause possible. Mais quoi qu'il en soit, jeter un coup d'oeil de façon approfondie à ces dossiers lui servirait de toute façon pour travailler sur le trafic qui sévissait sur la ville.  Sachant pertinemment que si le dossier des cas d'overdoses n'avait pas avancé, c'était sans doute qu'il était complexe, il tenta un coup de bluff pour que son chef se plie à sa requête de délai :  " Hum... Disons jusqu'à la fin du mois ? - ça lui laissait approximativement 3 semaines pour tirer la situation au clair et faire ce qu'il avait à faire ici - Si aucun élément n'est ajouté au dossier, si je ne trouve aucun lien, alors peut-être qu'en effet, nous pourrons conclure qu'il s'agit simplement d'une fuite comme vous le suppos...suggérez, rectifia-t-il. Supposer laissait trop de place au hasard, et Noam allait encore trouver à redire à ce sujet, comme quoi il insinuait des choses alors que pas du tout. Qu'en dites vous ? " demanda-t-il alors. Il espérait surtout que, durant ses trois semaines, quelqu'un signalerait la jeune femme dans telle ou telle ville, afin de la retrouver et de tirer un trait sur les dettes qui pesaient sur elle, afin de lui laisser alors reprendre le court de sa vie tel qu'elle le désirait. Peut-être que son histoire lui avait fait prendre un parti, mais elle méritait d'avoir enfin une vie autre que celle qu'elle avait eu jusqu'à aujourd'hui, non ?  Qu'importe s'il avait eu tord, son but premier était de la retrouver. D'ailleurs, il préfèrerait ne pas avoir raison. Il était préférable qu'elle n'ait pas été par exemple enlevée, ou pire encore... Mais bizarrement, il avait la nette impression qu'il ne lui laisserait pas plus que la fin de la semaine...
 

 

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noam Sparks

avatar

funny jokes : 183
registration date : 01/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a suit and a pair of mocassin very beautiful
best buddies ever:
availability: 4/4 too late i'm busy

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Mar 18 Oct - 19:24


L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.
Noam & Ian




Vouloir piéger ce nouveau policer était ma façon de m'assurer qu'il n'aurait pas le temps de trouver quoi que ce soit, même si je m'étais occuper de ne laisser aucune trace, la seule chose qui pouvait me rapporter aux crimes était certainement le corps qui pourrisser dans les eaux de l'océan atlantique ou encore le sang que j'avais nettoyé au fond de mon coffre or pour ses preuves là il devait avoir une bonne raison de demander un mandat et là il n'avait rien, rien qui me rapprocher à la victime hormis sa sœur, sauf que depuis le décès de celle-ci je ne l'avais jamais côtoyé aucun appel avec la jeune femme, alors qu'il fouine si ça pouvait le chanter, c'était de la perte du temps. La crainte de me retrouver accusé aurait d'énorme conséquence pour moi et pour la femme que j'aime, qui allait pas tarder à accoucher d'un enfant conçu lors de notre rencontre, je ne pouvais pas la laisser seule. Cette fameuse nuit tout avait été trop vite, mon bras s'était raidi en sa direction alors que celle-ci allait porter le coup fatale à la femme qui m'avait sorti de mon cercle infernale, de mon propre enfer … mais l'enfer était toujours présent, j'avais perdu Eva, dût faire face à cette perte pendant dix ans. Faire partie des forces de l'ordre m'a permis d'accomplir un métier que je n'aurais jamais imaginé mais qui m'a tellement apporté, éviter à de nombreuses personnes de faire face à ma situation était mon quota malheureusement je ne suis qu'un mortel, sans pouvoir, pas un ange gardien qui peut intervenir aux moindres appel de danger. Le temps qu'on met à intervenir est d'environs 14 minutes en fonction du lieu de l'intervention, ce délai peux être court pour certainmais tellement long pour d'autres, dans la plupart des cas l'appel intervient beaucoup trop tard, lorsque nous arrivons sur place nous faisons les constations d'un crime, parfois on retrouve des gens disparus, enlevé dans un temps relativement rapide lorsqu'il s'agit d'une disparition s'étant passé il y a quelques heures mais quand il s'agit de mois, d'année, les espoirs disparaissent et on fini par abandonner puisqu'aune preuve nous ramène à celle-ci.


" Vous n'aviez pas mentionner le fait que je devais trouver ces informations seul. Je sais juste saisir une opportunité lorsqu'elle se présente à moi."

De ma propre expérience personnelle, j'ai travaillé sur la disparition d'une enfant âgé de 10 ans, elle s'appellait Milah, lorsque les parents se sont présentés à 16h10 au lieu de 16 heures l'institutrice étaient surprises de les voirs puisque l'oncle de la jeune enfant l'avait récupéré 5 minutes avant, or, il n'y avait aucun oncle dans cette famille, des tantes oui mais aucune personne de sexe masculin. Dans une établissement scolaire, un inconnu venait d'enlever cette petite fille à la chevelure dorée, pourquoi l'avait-elle suivi ? Sans crainte, qu'avait-il promis à cet enfant ? Je ne l'ai jamais su, ce que je sais en revanche, c'est que pendant plus de deux semaines j'ai cherché de partout dans chaque ruelle de Boston, interroger la moindre personne présente ce jour-là devant cette école. Malgré une description vague de l'homme et du véhicule aperçu rien nous a permis de remonter à lui, au bout du 15ème jour de disparition un appel était parvenu au central, un corps venait d'être trouvé sur une plage... les bleus et la sirène actionné je m'étais rendu sur place avec mon coéquipier de l'époque Scott, tout espoir de retrouver la petite Milah s'était estompé en observant le petit corps sans vie, abandonné sur le rivage, en moins que l'eau l'est ramené ici. Depuis ce cas j'en ai eut des disparitions, des personnes enlevés mais aussi des personnes souhaitant tourner un chapitre de leur vie, préférant partir sans laisser de trace que de faire face à certaines situations ou tout simplement parce que leur vie ne leur plait plus, qu'ils ont un mari violent, il y a tellement de cas en matière de disparition. Ian n'évoqua nullement le nom de sa partenaire mais s'amusa à jouer avec mes nerfs en expliquant que j'avais hommis de lui dire qu'il devait agir seul, ce qui coulait de source pour moi, néanmoins ça n'avait pas du faire mouche dans son petit cerveau étriqué.

 « Bien, vous avez donc la moitié des félicitations. »lançais-je, après tout il avait bien mené sa recherche alors que j'avais quelque part tout fait pour le dégoûter, d'un air un peu plus sérieux et beaucoup moin autoritaire que depuis le début je laisses les mots sortir d'entre mes commissures.  « vous savez blakckwood, j'ai dix ans de métiers derrière moi, des disparitions j'en ai vu un paquet, avec et parfois sans corps, je pense connaître un peu plus les cas de réel disparition que vous. Après vous voulez aller jusqu'au bout de votre idée soit mais je ne perdrais pas non plus un temps précieux sur celle-ci alors qu'il y a des plus sérieuses. Mettez vous bien ça dans la tête »

J'avais écouté toutes les informations que le jeune homme et l'agent Carlisle avait trouvé, certaine trouvé me faisait un peu de la peine en ce qui concerne la vie des sœurs Potter, tout s'expliquait, même la fragilité d'esprit de la benjamine. Si il pensait que la jeune femme se trouver dans les cas d'overdose il n'y avait pas vraiment milles possibilités, seul les cadavres retrouvés pourrait confirmer et réfuter son hypothèse, la réponse je l'a connaissais mais c'était bien marrant d'utiliser le temps de cet agent à faire de la paperase pour me laisser lui retirer l'enquête.
" Hum... Disons jusqu'à la fin du mois ? réclame-t-il lorsque je lui demande sans qu'il ne s'agisse réellement d'une question … trois semaines pour fouiller des dossiers de mort ? Il avait vu la lune ce nouveau policier, j'avais bien entendu agis pareillement sur mes débuts mais l'expérience m'avait apprit de changer de point de vu, surtout lorsque l'affaire je l'a connaissais, c'était d'autant plus facile.

 « Agent Carlisle dans mon bureau s'il vous plait. » criai-je de mon bureau, devant le regard étonné du blondinet face à moi, j'attendais impatiemment qu'elle se décide à porter son cul tout aussi sexy soit-il jusqu'ici.  « Bien, il paraît que vous eprouvez une grande satisfaction pour aider votre nouveau collègue, sachez donc que vos repos du 23 au 30 sont annulés, vous pourrez bien sur les reprendre, vous avez une semaine pour aider ce cher petit bleu à examiner tout les rapports de la morgue pour trouver son individu. Dès la fin de cette enquête vous irez dans les rues pour faire un petit peu de circulation. » je fis un signe de la main pour que la jeune femme disparaisse de ma vue, me laissant de nouveau seul avec ce grain de sable qui allait foutre son bordel dans mon moteur.

- Si aucun élément n'est ajouté au dossier, si je ne trouve aucun lien, alors peut-être qu'en effet, nous pourrons conclure qu'il s'agit simplement d'une fuite comme vous le suppos...suggérez il voulait travailler sur les morts de l'overdose que bien lui fasse il allait en baver des rapports, et ça m'amusait rien que de les imagines pendant un nombre incalculable d'heure à éplucher chaque dossier concernant un peu plus de 300 morts si les données de mort sont exactes.  « J'espère pour vous que vous trouverez, parce qu'utiliser deux agents pour un simple cas de disparition de cette envergure c'est du gaspillage. Voyez ses dossiers sur mon bureau, ils sont classé par ordre d'importance. » d'un revers de main je montrais trois piles, une assez importante et qui a mes yeux n'étaient pas très urgentes, concernant des personnes voyageant sans titre de transport avec altercation avec des agents, nuissances sonores, et ce genre de chose. Un autre comportant une dizaine de dossier comportant alors des affaires de cambriolages ou de vol à l'arraché pour la majorité et le dernier comportant 4 dossiers, l'un qui était l'affaire des overdoses, un autre concernant la disparition d'une adolescente, le meurtre d'un commerçant ainsi qu'une affaire de viol impliquant un juge.

 « Le temps tourne tic,tac,tic,tac. J'espère que vous n'avez pas de vie de famille puisque ses derniers jours ce poste sera votre domicile principal. » je ne pouvais me retenir d'afficher un très grand sourire content de moi, au vu de son comportement il le méritait amplement, dans un autre contexte on aurait certainement pu être ami néanmmoins je ne pouvais pour le moment laisser cette porte accessible.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Blackwood

avatar

funny jokes : 65
registration date : 29/09/2016

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Mar 18 Oct - 22:17

ft. Noam Sparks & Ian Blackwood


 
« L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. »
Lorsque Noam demanda à Ian combien de temps désirait-il pour étudier les cas des overdoses, celui-ci réclama 3 semaines. Ca aurait été le délais parfait pour qu'il puisse enquêter réellement sur cette potentielle disparition, sans négliger pour autant son travail au sens du commissariat. Il avait ceci dit la certitude que ça ne lui serait pas accordé. Persuadé que le Lieutenant n'irait pas dans son sens, il avait ainsi vu un peu plus grand. Deux semaines seraient sans doute suffisante... Au lieu de lui répondre, son chef beugla, appelant alors la complice de Blackwood dans son bureau. Quoi ?! Interdit, Ian le regarda, avant de tourner le regard sur l'agent Carlisle, qui les rejoignit docilement. Le jeunehomme se retrouva alors très rapidement mal à l'aise, surtout lorsqu'il entendit les propos de Sparks :   « Bien, il paraît que vous éprouvez une grande satisfaction pour aider votre nouveau collègue, sachez donc que vos repos du 23 au 30 sont annulés, vous pourrez bien sur les reprendre, vous avez une semaine pour aider ce cher petit bleu à examiner tout les rapports de la morgue pour trouver son individu. Dès la fin de cette enquête vous irez dans les rues pour faire un petit peu de circulation. » La satisfaction qu'avait pu tirer Ian de tout ça s'envola aussi vite que les congés de sa collègue, qu'il regarda avec désolation. Celle-ci lui retourna un regard plutôt en colère, avant d'obéir et de disparaitre du bureau. Ian tourna un regard furieux sur Noam. S'il avait opté pour une carrière en tant que flic, ça n'était certainement pas pour voir des injustices se produire au sein de son travail. Il ne pouvait pas être sérieux ? Il ne pouvait pas décider du sort de tout à chacun de la sorte, comme bon lui semblait ? C'était pour se montrer intimidant, non ? Pourquoi ne s'était-elle pas défendu ? Était-il le seul ici à oser faire front ? Peut-être était-il le seul ici à ne pas encore avoir vu l'étendue de la folie de ce type... Ca n'était plus de l'autorité là, c'était presque tyrannique !

Marmonnant sa conclusion sur la suite de l'affaire, dans le cas où il ne trouverait rien, Ian se retenait vivement de ne pas exploser. C'était quelqu'un de vraiment impulsif, et il était presque sûr que Noam avait comprit ça. Il cherchait à le faire sortir de ses gonds, pour qu'il faute, pour le coller lui aussi à la circulation, ou pire, le virer. C'était quoi son foutu problème ? Pourquoi avait-il l'agent Blackwood dans le collimateur ? A la base, Ian était juste venu prendre quelques renseignements sur Brooke Potter, et tout avait mal tourné. Il le testait ? Peut-être était-ce physique, il le détestait tout simplement ? Le jeune homme voyait rouge mais pourtant se contenant. Craque pas, craque pas... se répétait-il. S'il ne tenait pas un tant soit peu à sa future carrière, il lui aurait fait bouffer tous ces dossiers, dans l'ordre du moins important au plus important, puisqu'il semblait tant aimer ça. Tentant de ralentir le palpitements de sa mâchoire contre ses joues, Ian eut du mal a dissimuler sa colère. Il avait l'impression que cet imbécile était en pleine crise d'autorité, et il n'aurait pas été très avisé de s'y frotter.  « Le temps tourne tic,tac,tic,tac. - Était-ce impoli de lui gueuler un gros TA GUEULE dessus ? Sans doute... pourtant très tentant... - J'espère que vous n'avez pas de vie de famille puisque ses derniers jours ce poste sera votre domicile principal. » Pouvait-il au moins tousser, en dissimulant dans sa toux le mot "connard" ?  Si Ian avait réussi à calmer ses nerfs et contrôler ses mots, il eu bien du mal a ne pas laisser transparaitre ses émotions par ses yeux.  Il quitta la pièce non sans un regard de profond mépris . En arrivant à Boston, il aurait imaginé quelque chose d'autre. Il avait été sans doute trop candide d'imaginer son supérieur comme une sorte de mentor, de modèle. Pour rien au monde il ne voudrait ressembler à ce type qui, en l'espace d'une après midi, avait réussi à se faire haïr pas l'italien. Pourtant, il en fallait pour que Ian ait un tel ressenti pour une personne.... Quel connard ! Il en venait presque à regretter d'avoir quitter New-York et toutes les choses positives qui allaient avec, tout ça pour le boulot de Delilah. Finalement, ce serait peut-être une bonne chose qu'ils ne se voient presque pas au cours de cette semaine...

Sortant donc du bureau, Ian se dirigea vers l'agent qui avait prit une sanction par sa faute : " Hé... Je suis désolé, j'voulais pas que - " elle leva la main avec brutalité pour couper la parole à Ian " Écoute le Bleu garde tes excuses pour toi t'en as assez fait comme ça." Ian la regarda, désolé. C'était clair que Noam ne l'appréciait pas, au vue du déroulement de la journée et le brun eu soudain l'impression que ça devenait contagieux. Il avait reçu l'aide sympathique de cet agent, et là tout de suite, elle tuait Ian du regard, pour peu qu'elle daignait le regarder. Diviser pour mieux régner... Ian fit alors demi tour, déterminé à plaider la cause de la jeune femme. Si Noam avait une dent contre lui, grand bien lui fasse, mais qu'il ne s'en prenne pas à n'importe qui. Elle se précipita pour l'arrêter " Tu vas faire quoi ? Jouer au justicier ?! Mes congés viennent déjà de sauter, je suis obligée de jouer à la nounou une semaine, alors par pitié, te fais pas non plus envoyé à la circulation avec moi Blackwood parce que là ce sera d'trop !!!" l'engueula-t-elle. Ian regarda par dessus la jeune femme, à travers les vitres du bureau de Sparks, pour l'observer lui. Pourquoi avait-il réagit ainsi ? S'en prendre à elle, c'était comme dire que ça l'avait chier que Ian réussisse à rassembler toutes ses infos avec son aide. Il croisa alors son regard, qu'il soutenu. Il aurait pu avoir beaucoup de respect pour ce type, pour ses dix ans de carrières et tout ce qu'il avait vu et vécu. Aujourd'hui, tout ça était entaché par un voile méprisant. Il fut obligé de décroché son regard lorsqu'un paire de doigts claqua devant ses yeux, sous son nez. " Hé oh, le bleu. T'as entendu ? On a une semaine pour boucler ton dossier, alors perds pas de temps à rêvasser. On va à la morgue, suis moi." ordonna sa coéquipière pour la semaine. Ian regarda une dernière fois le Lieutenant, avant de tourner les talons et de la suivre. Quel connard.
 

 

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noam Sparks

avatar

funny jokes : 183
registration date : 01/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a suit and a pair of mocassin very beautiful
best buddies ever:
availability: 4/4 too late i'm busy

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Ven 21 Oct - 17:27


L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.
Noam & Ian



La théorie et la pratique sont deux choses différentes, dans tous les domaines et situations, c'est bien ce que j'ai compris quand mon intégration a débuté au sein du commiseriat de Boston, tout comme le jeune Ian je débordais d'énergie, avait pleins d'hypothèses, la folie des débuts, mais un manque d'expérience non négligeable, entre fiction et réalisme il n'y a que le terrain pour ça et un agent qui sait de quoi il parle, qui n'est pas planqué dans un bureau a faire des cours en ayant oublié la réalité de la vie. Alors non je n'en voulais pas au nouvel agent de se croire en ses idées, je l'aurais certainement encouragé, octroyé plus de temps si je n'avais pas cette demi angoisse qu'il trouve quelque chose. Si je n'étais pas le réel suspect dans cette affaire, une enquête qui aurait pu être éviter, dire la vérité il y a trois mois aurait pu être plus sage, mon impulsivité m'avait fait réellement commettre un meurtre et non plus un cas de légitime défense, faut dire que cette soirée avait été beaucoup trop riche en émotion pour moi, accuser le coup de vivre dans une fiction pendant plus d'un mois, retrouver 10 ans de souvenirs d'un coup y'avait de quoi être troublé, d'agir anormalement, jouer le SuperConnard ne m'amusait pas plus que ça, bien que j'y prennais un léger plaisir. Ce nouveau fonctionnaire, ce Blackwood, ne me connaissait pas, alors il était bien facile pour lui d'établir un opinion négatif à mon égard, la preuve en est qu'il ne releva aucune de mes paroles et quitta mon bureau. Observant l'homme énerver vouloir faire demi tour avant que Carlisle ne l'interrompe, en voilà une de fille intelligente, elle tout comme le reste de mon équipe savait de quoi j'étais capable, combien d'entre eux m'ont surpris passer plus de 16heures enfermer ici ou en fonction dans les quatres coins de la ville, ce devouement que j'avais pour mes concitoyens je l'avais aussi pour mes collègues, ce qui m'a vallut cette promotion. A dire vrai, le terrain me manque plus qu'autre chose, heureusement que je m'octroie des enquêtes ou récupère des gardes que d'autres ne veulent pas pour servir à autre chose qu'un agent administratif. Continuer d'exercer ce que j'aime le plus, l'action, le contact avec le public, veiller à ce que toutes personnes vivant dans cette ville se sente en sécurité, ou du moins y participer un maximum.

D'ailleurs avec cette même agent, j'ai eut une brêve aventure, un soir de déprime, une soirée entre collègues, de l'alcool un peu trop ingurgité menant à ce qui devait arrivé ; ça n'a jamais porté préjudice à nos relations professionnelles bien heureusement, la jeune femme avait certainement dût être étonné de mon action ce soir même, ce qui ne me ressemblait pas, j'étais tellement à cran, la surprise m'avait fait monté les nerfs et ressortir le pire en moi. La crainte que j'avais pu avoir tout au fond de mon être s'était réveillé, entre les mains de Blackwood, un dossier qui pourrait ruiné ma vie, pour un geste d'auto défense, pour une réaction prise trop rapidement, quand bien même cette personne avait eut un passé difficile, et le comportement d'une tarée les chances qu'on m'aurait compris était minime voir néante. J'avais fait un choix et je vivais chaque jour qui passe avec ses répercutions, récupérant ma veste en cuir sur la chaise de mon bureau je quittais les lieux mais avant ça, je remplissais une demande de congé pour trois semaines à compter de la semaine prochaine, prennant soin de la déposer dans le bureau du commisaire avant de me rendre à l'université ressentant l'envie de voir mon cousin.

Mes jambes devallent le bitume, augmentant le rythme de mes enjambés, la chaleur montant dans chaque parcelle de mon épiderme, les battements de mon cœur plus élevé, la respiration un peu plus difficile quand bien même je respirais comme il le fallait, on a beau se dépasser il arrive un stade X ou on sait qu'on a atteint notre limite, je venais de le faire, c'était déjà pas mal de pouvoir courir à 12 km à l'heure, ce n'est pas extraordinaire mais de toute manière je ne peux pas faire plus, les jambes me brûlent pourtant ce que j'apprécie le plus dans mon parcours quotidien c'est ça, arrivé près de cette plage amenagé, les fesses sur le sable fin admirant les premiers rayons du soleil se refletant sur l'eau, un spectacle que je ne pourrais jamais manqué. Mes yeux se plongent sur le liquide azur, le flot des vagues me relayant, oubliant tout l'espace de plusieurs minutes, avant de reprendre le cours du temps, pendant six jours je pénétrais dans le poste saluant simplement les agents en m'enfermant dans ce bureau, observant de ma porte les vas et vient perpetuelles et surtout Carlisle et Blackwood épluchant tous ses dossiers de morts, sans aller à leur encontres voir si il y avait du nouveau, je me contentais d'être assis sur ma chaise de bureau bien confortable, répondant à des mails concernant l'avancé de tel ou tel affaire, réclamant des rapports ou des preuves manquantes, des demandes de renforts à la sortie des lieux scolaires, culturels ou sportif, tout un tas de demande à traiter tout en classant les dossiers par ordres d'urgences et les agents qui avaient le profil pour travailler sur celle-ci.

Le dernier jour de leurs compléments d'enquêtes arriva enfin, je me réveillais dans une forme olympienne, me demandant cependant si ce nouveau allait enfin baisser les bras concernant cette affaire, que je puisse me détendre, et qui sait même lui payer une bière. Midi sonna quand je pénétrais les portes du commisseriat les bras chargés de deux pizzas, je m'arrêtais devant le bureau des deux agents.

« Mangez donc un morceau, vous le méritez. »lançais-je à leurs encontres, un visage un peu plus sympathique que la semaine précédente avant de reprendre. « quand vous avez terminé faites moi signe, en attendant bon appétit. » terminais-je avant de tourner les talons ou ici les mocasins dans la salle de repos pour récupérer un sandwich laissé la veille que je décidais de manger dans mon bocale.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Blackwood

avatar

funny jokes : 65
registration date : 29/09/2016

MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   Sam 22 Oct - 1:39

ft. Noam Sparks & Ian Blackwood


 
« L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. »
Après la crise tyranique de Noam, les deux agents étaient partis récupérer les dossiers d'overdoses de ces trois derniers mois comme ordonné par le Lieutenant, récoltant au passage quelques explications auprès du médecin légiste. Ian se sentait toujours aussi désolé pour sa coéquipière, puisque non seulement elle avait perdu ses congés plus ou moins par sa faute, mais en plus de ça, il l'obligeait à bosser avec lui sur une piste à laquelle il ne croyait pas lui même. Pour lui, il était évident que Brooke Potter n'était pas morte d'overdose, d'ailleurs il ne savait même pas si elle était morte. Elle n'avait pas un passif de droguée, juste de femme un peu tarée visiblement. Sparks avait vu juste lorsqu'il avait dit à Ian que le poste de police allait devenir son nouveau domicile. Au cours de la semaine, il eut l'impression de passer plus de temps ici que pouvait le faire un flic en toute une vie. Il ne rentrait chez lui que pour se doucher et s’octroyer quelques heures de sommeil. Délaissant sa fiancée, il promit, à Delilah et à lui même, de se rattraper plus tard. Comme imaginé, il ne trouva rien qui puisse relier les deux affaires. Il avait l'impression de traquer un fantôme. En plus de ça, Carlisle ne lui laissait aucun répit. Sitôt qu'il s'échappait un peu de cette enquête d'équipe, pour voir où en était les recherches sur Brooke, en consultant les dizaines de faux signalement – à croire que toutes les blondes se ressemblaient –  ou qu'il fouinait un peu plus dans le passé de la disparue sa coéquipière le rappelait à l'ordre. Elle ne lui avait même pas laissé participer à la fouille de l'appartement, qui n'apporta aucun élément d'ailleurs. Elle n'avait pas envie d'éplucher les dossiers toute seule, ce qui était compréhensif. Ils avaient donc travaillé toute la semaine sur ces cas, cherchant ce qui, en dehors de l'overdose, rassemblait ces corps. S'ils trouvaient une connaissance en commun entre tous ces morts, peut-être pourraient-ils trouver qui était à l'origine de ce nouveau trafic de stup' à la mode, et si Brooke connaissait le dealeur, ils auraient leur chance auprès de Noam ? Piste vaine, évidemment. Non seulement il n'avait rien pour prétendre à poursuivre l'enquête sur sa disparition – les villes et états voisins n'avaient rien sur elle - mais en plus de ça, ils avaient été complètement inutile à l'avancement du trafic de drogue. Une semaine bien pourrie, en somme. Si Ian n'était  toujours pas convaincu par l'hypothèse d'une fuite comme l'avait suggéré le Lieutenant, une semaine plus tôt, la fatigue physique et mentale avait eu le mérite de balancer des seaux d'eau sur le feu ardent qui l'avait animé dans le passé. De toute façon, c'était simple il n'y avait pas mille solutions. Oui, Brooke avait disparue de la carte du monde. Mais si elle avait fuit, ils auraient retrouver au moins une trace de sa présence quelque part. Si elle était morte, elle aurait laissé son corps ou une partie tout au moins quelque part. Mais là, rien. Ni trace de fuite, de nouvelle vie quelque part, et pas de corps non plus. Brooke avait simplement disparu, point barre. La police ne pouvait rien faire de plus. Il n'y avait plus qu'à attendre le jour où elle réapparaitrait pour qu'elle règle ses dettes.

Une silhouette attira le regard de Ian, plongé dans l'écran de son ordinateur, tentant de s’accrocher à ses derniers espoirs. C'était aujourd'hui qu'il devait aller voir Noam, et avouer avoir eu tord ou alors, ne rien avoir trouvé lui arrachait un peu la gueule. D'ailleurs, c'était lui, planté devant leur bureau.   « Mangez donc un morceau, vous le méritez. »dit-il en déposant des cartons de pizza sur le meuble. Ian observa son chef et cet élan de sympathie, méfiant. Pourquoi avait-il l'air de si bonne humeur ? Ou était-ce lui qui ne l'était tout simplement pas... Et à vrai dire, ils n'avaient rien mérité, si ce n'était le fait d'avoir dépassé la colère de l'agent Carlisle, à l'encontre de son collègue. Cette semaine intensive les avait même rapproché, finalement. « quand vous avez terminé faites moi signe, en attendant bon appétit. » dit-il avant de partir. Noam ne leur avait pas adressé un mot depuis une semaine, et là, il offrait sa tournée de pizza tout gaiement ? Il était certain qu'il savait qu'ils avaient échoué. Leurs mines étaient un bon indice en soit. Ca devait expliquer la raison de sa forme, il avait gagné, Ian avait perdu. Alors que la jeune femme sauta avec appétit sur le repas, elle demanda à Ian, après une deuxième part de pizza " Tu manges pas ?" Ian roula des yeux, se reconcentrant sur son écran en marmonnant : " Non, pas avant une analyse anti poison, ou une enquête approfondie sur cet homme qui clairement ne peut pas être Noam Sparks..." Il entendit la jeune femme rire à ses paroles, ce qui lui arracha finalement un sourire, et il se decida à prendre une part, tandis qu'elle lui confia : " Tu sais le bleu, il est pas aussi méchant que tu le crois, en général c'est même un type sympa" Il ne l'écouta que d'une oreille. Elle n'avait pas cessé de le défendre, quand bien même il lui avait supprimé ses congés. " Et puis j'imagine qu'il est simplement content d'être en vacances ce soir. Moi aussi je serai de bonne humeur si tu les avait pas ruinés.." dit-elle en souriant. C'était plus une pique amicale que méchante aujourd'hui. Ian releva la tête, surprit, et dans un sens, ravit. S'il ne l'avait pas sur le dos quelque temps, il pourrait peut-être continuer à chercher là ou il n'avait pu le faire durant cette semaine chargée ? "Comment se fait que tu sois au courant de ça, et moi pas ? On a été plus collé l'un à l'autre cette semaine que des frères siamois. " s'étonna Ian. Elle se moqua de lui, en lui disant que c'était normal qu'il n'est rien trouvé, il ne savait pas écouté les conversations autour de lui. Apparemment, il n'avait pas prit de vacances depuis longtemps, même pas après la mort de... " - sa femme." Elle le regarda avec des yeux rond, comme s'il avait parlé de Voldemort dans le monde de Harry Potter. " quoi on doit dire Celle-dont-on-ne-doit-pas-pononcé-le-nom?' Il avait un ton plutôt léger. Sans doute le mélange de fatigue, de rancoeurs et de non compassion envers Noam, meme après cette part de pizza. " Tu vois que je sais écouter les blablas ." Non, en faite, un soir à la maison, alors qu'il parlait de ce connard à Delilah, il s'était rendu compte qu'il ne savait rien sur lui à part que justement, c'était un connard, et s'était perdu quelques instant sur l'ordi à regarder ce qu'il trouvait sur lui. Sans doute avait-il espéré lire quelque chose comme " l'Agent Sparks échoue dans sa mission" histoire de se sentir moins seul....


En début d'après midi, sa coéquipière lui annonça qu'il devrait peut-être aller voir Sparks pour mettre un terme à cette enquête infructueuse. Ian s'y résigna, n'ayant guère d'autre choix. Le pire était sans doute de voir que son chef le voyait déjà arriver depuis son bureau, qu'il devait connaitre le résultat de tout ca et en jubiler. Il toqua à la porte en l'ouvrant déjà, plus pour annoncer sa présence que pour demander la permission de rentrer, et parce que la fatigue l’empêchait la bonne coordination de ses gestes, et entra. Comme un texte qu'il aurait apprit par coeur et auquel il ne croyait pas à 100% Ian dit alors : Malgré le ''délai'' , on a rien trouvé qui laisserait penser que Potter aurait fait une overdose. Par contre on a constaté que pour 6  des analyses sanguine, le taux de drogue dans le sang est faible, ce qui laisse penser que le cocktail prit est plutôt dangereux...donc vous aviez raison, j'aurais dû me concentrer d'avantage la dessus plutôt que de chercher un fantôme.. " Si Ian avouait qu'en effet, il y avait bien un ordre d'urgence, il ne disait toutefois pas que Noam avait eu raison pour le cas de Brooke ou même qu'il avait eu tord. Après tout, rien ne prouvait non plus qu'elle avait fuit. Il ajouta, de façon bien plus spontanée cette fois-ci : " Vous allez revenir sur votre position vous aussi ? Par rapport à l'agent Carlisle...?" Elle aurait été là, sans doute l'aurait-elle tué. Mais puisqu'il était de bonne humeur, qu'il avait gagné et qu'il avait les excuses de Ian, peut-être allait-il faire cet effort Elle ne méritait vraiment pas d'être puni par sa faute. Oui, même après une semaine, Ian réclamait justice. Il n'était pas devenu flic pour rien.
 

 

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. » - [Noam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ AIDE] C'est a n'y rien comprendre !!! erreur 140 avec goldcard dans le telephone
» message d'erreur pour le cache d'objectif
» Un homme de goût...
» Un homme tout nu !!!
» Nu d''un jeune homme...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: • BOSTON (US/MA) :: charlestown-
Sauter vers: