AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 19:24


O'Hara, Arès
ari
Archeology is the search for fact, not truth. If it's truth you're interested in, Dr. Tyree's Philosophy class is right down the hall. So forget any ideas you've got about lost cities, exotic travel, and digging up the world. We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.  
©captainodonoghue/indiana jones.

nom complet ▪️  O'Hara Arès. Un prénom reliait autrefois les deux en un pont désormais oublié, ou bien effacé.   âge, date de naissance ▪️ Cet homme de 35 ans est né le 11 avril 1981. signe astrologique ▪️  Né sous le signe du Bélier, il est également Coq d'après l'astrologie chinoise.   origines et nationalité ▪️ Né sur le territoire américain, Arès est d'origine écossaise et grecque par sa mère et monégasque par son père.  job, études, statut monétaire ($) ▪️  Archéologue renommé -en bien et en mal-, il exerce également en tant que professeur à l'université de Boston, où il transmet à ses élèves les arcanes d'un métier qui ne consiste pas seulement à « chercher des trésors. » Il est l'auteur de plusieurs ouvrages historiques et travaille également en étroite collaboration avec le musée. Mais ce n'est que la facette lumineuse de sa vie professionnelle. Après son doctorat, Arès a renoué avec le gang dans lequel il pataugeait adolescent et s'est crée des liens dans le grand banditisme afin de pouvoir retrouver et racheter les objets d'arts volés et remis en vente sur le marché noir. Il n'en a jamais fait un secret, ce qui apporte une énorme souillure noirâtre à sa réputation qui est, de faite, loin d'être exemplaire. L'étiquette du "trafiquant d'art" lui colle donc à la peau.  statut civil ▪️ Bien qu'aujourd'hui célibataire, Arès porte en permanence une alliance autour du cou, celle qu'il aurait du passer au doigt de sa fiancée morte dans un accident de voiture alors qu'il se trouvait sur un chantier près d’Athènes. Il ne s'est jamais réellement pardonné son absence et ne porte plus grand intérêt depuis à sa vie amoureuse, qui coïncide mal avec les réalités d'un métier dans lequel il s'est d'autant vendu corps et âme depuis le drame.  statut familial ▪️ De sa famille, il ne côtoie plus que son cousin, le seul véritable lien familial qu'il lui reste.  traits de caractère ▪️  Adolescent sombre, déchiré par l'orgueil et la méfiance, Arès a depuis longtemps appris à se défier de son caractère sanguin et très impulsif. Les arts martiaux lui ont appris la maîtrise et son caractère s'en est assouplit même s'il demeure au plus profond de lui et rejaillit parfois quand la colère le frappe. Sinon, plus séducteur, voir manipulateur, Arès est un homme que l'on pourrait qualifier de « malin ». Il sait obtenir ce qu'il souhaite et il sait amener les gens à réaliser ses désirs, en particulier dans les domaines qui le touchent, dont l'archéologie où il a besoin de financements réguliers. Bien qu'orgueilleux, il sait astucieusement mettre sa fierté de côté pour manipuler les autres, en particulier ceux qu'il n'apprécie pas.  Il joue alors à merveille, non pas de la flatterie qu'il exècre, mais d'une ironie mordante et intelligente. Très borné, déterminé et persévérant, il lâche très rarement le morceau et ne se déclare jamais vaincu. A contrario franc et direct dans son quotidien, il n'est pas du genre à cacher ses sentiments et pensées, en particulier quand on les lui demande. C'est un passionné qui aime aller au fond des choses et un orateur né, une qualité que lui concèdent très volontiers ses élèves. Très charismatique et un brin mystérieux, il est attirant et magnétique, d'autant plus qu'il n'est pas bien bavard sur lui même. Il peut prendre tant de visages qu'il est parfois difficile de savoir qui il est réellement, ce dont il a conscience et ce sur quoi il joue volontiers.  Dans son métier, c'est un excessif intrépide totalement inconscient. Il peut prendre des risques inconsidérés sans hésiter et se jeter dans la gueule du loup sans réellement y songer ni même le regretter, ce qui fait aujourd'hui sa réputation.  à Boston depuis ▪️  Il vit à Boston depuis qu'il a entreprit ses études universitaires, dix-huit ans plus tôt. Auparavant, il vivait à New-York, une ville qui ne lui rappelle aujourd'hui que de mauvais souvenirs sur lesquels il n'aime pas particulièrement s'attarder.
groupe ▪️  WAFFLE CHOCOLATE.




- I'm out of touch, I'm out of love
I'll pick you up when you're getting down

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -  
Arès a perdu sa sœur jumelle à l'âge de quatorze ans. Profondément choqué, il s'est tourné vers la drogue, que jusqu'ici il vendait pour pouvoir lui apporter tout ce dont elle avait besoin. Il a mit plusieurs années à s'en sortir et ne doit son salut qu'à sa professeur d'histoire, qui lui a permit de se reconstruire dans une passion plutôt que dans les ténèbres ♠ il a adopté un chien peu de temps après l'obtention de son doctorat. Le malamute, prénommé Connor, le suit partout dans ses déplacements. Il l'attache rarement, ce qui fait rouler les yeux des promeneurs lorsqu'il court le matin en compagnie de son animal à quatre pattes. ♠ Il a rencontré Ruby lors de sa première année de professorat. Ce fut un coup de foudre, une évidence, à laquelle il fut peu réceptif au premier abord. Mais la bonne humeur et la détermination de la jeune fille l'ont séduit et il est tombé profondément amoureux d'elle. Délaissant ses peurs profondes de perdre de nouveau un être cher, il lui a passé la bague au doigt après quelques mois de relation. Fauchée par un camion alors qu'elle était à vélo, elle est morte dix heures plus tard alors qu'il était à plusieurs milliers de kilomètres. Il ne se l'est jamais pardonné.  ♠ Il s'est depuis replié sur lui même et n'entretient plus que de vagues relations, sexuelles plus que profondes. Il n'a plus aucune intention de donner son cœur à qui que ce soit, au grand dam de ses étudiantes, nombreuses à fantasmer sur le professeur aux yeux clairs et à espérer qu'il retombe amoureuse de l'une d'entre elles. ♠ Il est très sensible à l'alcool et ne tient pas plus de deux verres avant de perdre tout contrôle sur lui même. Son caractère emporté a tendance alors à réapparaître et il n'est pas rare qu'il se bagarre pour des conneries quand il est bourré.  ♠ C'est un amoureux fou de chocolat sous toutes ses formes. C'est une véritable drogue, à l'instar du chocolat chaud ou encore du café au chocolat blanc. Il en achète partout où il va et se fait un devoir de visiter une chocolaterie dans chacun des pays qu'il visite  ♠  Il parle couramment français, allemand et espagnol et il lit et comprend parfaitement le latin, le grec ancien, l'égyptien antique et la langue cunéiforme.  ♠ il porte la boucle d'oreille de Ruby, qu'il a récupéré après sa mort. ♠ c'est un bourreau de travail. Il dort très peu la nuit, reste souvent épuisé mais est réellement passionné par ce qu'il fait. L'archéologie est probablement la seule chose qui lui apporte un peu de bonheur. Il a cette chance. De faire réellement ce qui lui plaît pour dealer avec sa part d'ombre.  ♠  Il mange très mal, très souvent un sandwich acheté au coin de la rue. Il n'a pas le temps de se faire à manger et est rarement chez lui. Il est soit à l'étranger, soit dans son bureau à l'université, soit au musée ou encore dans son laboratoire. Il lui arrive néanmoins d'écumer les soirées pour trouver des sponsors. Il est alors méconnaissable. Charmeur, séducteur et beau parleur. Difficile de croire qu'un tel homme ne veut pas de femmes dans sa vie de manière permanente.  ♠ Il possède une moto, qui lui fait faire des folies dont des courses. S'il n'a jamais eu encore d'accident, son cousin n'a pas eu autant de chances.  ♠ C'est un homme avec sa part d'ombre et de lumière, difficile à cerner pour ceux qui ne le connaissent pas réellement. ♠  Il a des liens dans le milieu du grand banditisme et il est tout aussi connu pour racheter sur le marché noir que pour ses capacités d'archéologue. Il a ainsi une réputation en demi teinte ♠ Plusieurs cicatrices sillonnent son corps, comme un rappel d'un passé qui n'est pas vraiment enterré. Car sous un sourire de professeur se cache le fauve qui vivait autrefois dans la rue.♠ Deux dates sont tatouées sur sa nuque. Celle de la mort de sa soeur, et celle de la mort de sa fiancée. ♠ Il est ceinture noir en karaté et pratique régulièrement les arts martiaux ♠  



pseudo, prénom ▪  Niamh. âge, pays ▪  26 ans, française mais bientôt irlandaise Wink. avis sur le forum ▪  j'aime beaucoup ses tons clairs. type de personnage ▪  inventé. (inventé, scénario, pré-lien) avatar ▪ colin o'donoghue. dédicace & autre ▪  A Noam et à Blake pour nous avoir conduit jusqu'ici   .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 19:24



Je plissai les yeux puis les frottai à l'aide de mes doigts engourdis par le froid. La fatigue me plombait et les idées s'entremêlaient dans mon cerveau surchauffé. Mais j'avais beau lire et relire le paragraphe, je ne parvenais pas à comprendre l'argument avancé par l'élève. Des coups résonnèrent, bienvenus, et je me laissai aller contre le dossier de mon siège. « Entrez. » Kjeld passa la tête dans l'ouverture, dévoilant un visage moqueur, couronné de blond, et ses yeux violets amusés. Je levai un sourcil, pressentant que cette « pause bienvenue » allait se muer en cauchemar. Comme pour confirmer les mises en garde de mon instinct, il entra, ferma la porte consciencieusement et déposa sur mon bureau un feuillet qui ressemblait fort à un contrôle. « Qu'est-ce que c'est ? » demandai-je méfiant en saisissant la feuille.« Un petit truc que j'aimerais que tu remplisses pour moi. Un sondage. » Le mot me déplut, mais beaucoup moins que les questions qui noircissaient le feuillet blanc. « Tu te fous de moi ? » Je plissai les lèvres dès les dernières syllabes prononcées, en relisant atterré, l'une des questions mais à voix haute. « Ma technique de drague préférée ? Tu es sérieux ? Et pourquoi pas ma position sexuelle fétiche ? » « Excellente idée, je penserais à la rajouter. » Mon air dû être parlant car il leva les mains en signe de reddition. « Non sérieusement, j'ai besoin de tes réponses. J'aimerais savoir quel type de question correspond au plus grand nombre. » « Je ne sens pas concerné. » sifflai-je en la lui tendant. « Ces questions sont merdiques et n'a pas plus de rapport avec moi que ton site de rencontre. Ça ne m'intéresse pas. » « S'il te plaît. » grogna mon ami sans faire mine de le prendre. « J'aimerais juste comparer les réponses d'un grognon à celles d'un romantique. Je fais un test. » « Non. » « Et je te mets en contact avec Séverine de Trupier. » Je m'immobilisai. Bourgeoise française, cette femme portait un intérêt tout particulier aux antiquités grecques, ce qui éveillait le mien, qui souhaitait y faire des fouilles en Thessalie. « Ma sœur journaliste couvre sa soirée de Gala. Si tu réponds à ça, je te promets de t'y faire entrer avec son concours. » Mes dernières défenses tombèrent. « Appelle ta sœur. » acceptai-je en demi teinte en le fixant. Il s'exécuta et, cinq minutes plus tard, m'offrait ce pourquoi je me battais depuis deux semaines sans réussir à l'obtenir. Cela valait bien quelques questions. Je posai la feuille devant moi et me penchais.

soirée idéale: Une étude approfondie de trésors archéologiques en laboratoire.

« Et tu couches quand dans l'histoire ? » commenta Kjeld en se penchant. Je levai la tête et lui coulai un regard noir. Il leva de nouveau les mains et fis signe qu'il fermait ses lèvres à double tour.

rituel(s) du matin:  Un café serré, un douche gelée et un jogging de une heure trente.

« Et comment tu te sépares de tes conquêtes éventuelles ? » demanda brusquement le rouquin en lisant par dessus mon épaule. «  « Mes conquêtes » ne sont pas un rituel et ne mettent pas les pieds chez moi. »

gourmandise(s) préférée(s): les kinders-bueno.

« Sans déconner! » plaisanta le rouquin. Je suivis son regard jusqu'à ma corbeille à papier, qui débordait de sachet de kinders. « Même en faisant du sport, comment tu parviens à garder la ligne ? » soupira t-il. « Moi je mange ça et je prend trois kilos. » « J'ai l'impression d'entendre Kathleen. » me moquai-je en faisant tourner mon stylo entre mes doigts. Kathleen vivant dans le bureau d'en face, de l'autre côté du couloir. Elle enseignait la biologie et suivait un régime drastique huit mois sur douze. « La vie est injuste » soupira t-il en s’adossant au tableau.

plat préféré: La raclette.

« Et ce même si tu manges toujours sur le pouce. » commenta t-il. « Tu comptes commenter toutes mes réponses une à une ? » grognai-je. « Je n'ai pas grand chose d'autre à faire. » « Te la fermer. » grommelai-je en reprenant, hérissé. Finalement, ma copie me tendait les bras. Je préférais encore les argumentations mal menées à son questionnaire à l'eau de rose. « Votre blague de prédilection ? » ironisai-je. « Ouais. Je sais que ce n'est pas ton truc mais ... » Je rayais la question. « Hey tu es ... » « Kjeld, ne me fais pas déchirer la feuille. » le prévins-je.

Votre technique de drague?  :  Aucune technique prédéfinie. Je suis un instinctif.

« Je serais curieux de lire les conneries que certains peuvent écrire. » commentai-je en secouant légèrement la tête. « Tu comptes vraiment le mettre en ligne ? » « Le rire est le meilleur allié du chercheur sentimental. » « Le pathétique aussi ? » ironisai-je.

Votre alcool favori? : La Guiness.

« Je n'ai même pas besoin de lire ta prochaine réponse. Veste de cuir, t-shirt noir, chemise bleue, jean près du cors, chaussures rangers et la petite boucle d'oreille de ta ... » Il se tut brusquement, presque livide sous le regard intense et sombre que je portais sur lui. « Ouais … enfin suite ? »

Le petit déjeuner parfait?  : Rapide.

Il éclata de rire, à moitié nerveux. Je n'aimais pas parler d'elle. Elle avait rejoint les fantômes de mon passé trouble et je n'avais aucun désir de la voir revenir de façon intempestive. Je ne voulais pas me rappeler, ni son visage, ni son sourire, ni une vie quotidienne qui n'était plus la mienne. Elle n'était plus là. Elle n'existait plus.

Votre rendez-vous idéal ?  : Professionnel.

« Tu plaisantes? Mais quel genre d'ours es tu devenu ? » « Je n'ai pas le temps. » grognai-je. « Donc je couche, mais je n'entretiens pas une fausse conversation qui, de toute manière, ne m'intéresse pas. » Je n'avais plus le temps pour les femmes et je ne le prenais pas. J'offrais mon corps peut-être, mais mon cœur était cadenassé et ma tête ailleurs.

Plutôt noctambule ou casanier ?  : noctambule.

« Au musée » ajoutai-je avec un sourire moqueur à un Kjeld dépité. « Heureusement que tu n'es pas le genre de profil que je vise. Quoique tu pourrais t'inscrire pour « coucher » » dit-il en mimant avec ses doigts.  « Pas intéressé. »

Si vous étiez une chanson ? : Un souris verte.

« Tu ... » « Oui. » fis-je sarcastique. Je n'avais pas d'idée pour le moment et vu la teneur du questionnaire, un peu d'humour n'était pas un mal.

Votre objet fétiche ? : mon canif.

« Comme Macgyver. » dit le rouquin en me prenant la feuille. « Bref » dit-il en relisant. « Tu y as plus gagné que moi. Tu es vraiment laconique dans tes réponses. » «  On ne peut pas tout avoir. Maintenant dehors, et emmène tes idées à la con avec toi. » Il me fit une grimace et sortit de mon bureau, me laissant dans un silence bienfaiteur. Mais ses conneries avaient eu le don d'apaiser un cerveau qui se replongea avec délectation dans un monde plus à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 19:24



Chaque soir, ils résonnaient dans l'appartement misérable que nous occupions. Entre éclats de rires et soupirs rauques, ils nous parvenaient et retentissaient désagréablement dans la chambre que je partageais avec Cassie. La pièce, minuscule, ne laissait la place que pour un lit deux places qui lui permettait de se blottir dans mes bras chaque fois qu'elle les entendait. Elle plongeait alors la tête dans ma nuque, me serrait à m'étouffer et chantait pour ne plus être le témoin malheureux d'une scène qui, hélas, ne cessait de se répéter. Je ne disais rien. Je ne faisais rien. J'étais le spectateur impuissant de la souffrance d'une mère qui subissait chaque nuit un défilé de pervers dans l'espoir insensé de nous offrir une vie que nous n'avions pas. Et avec la douleur de ne pas pouvoir intervenir avait grandit l'indifférence. Je le sentais au plus profond de moi. Je me détachais d'elle. Chaque fois que Cassie versait des larmes sur son sort, je calfeutrais mon propre cœur. Chaque fois que je voyais ma sœur jumelle s'effondrer contre moi, je sentais une pointe de haine pour une mère qui ne trouvait aucune autre solution que celle de lui imposer ses choix de vie.

« Arès. » Sa voix n'était plus qu'un chuchotement dans mon cœur meurtrit. Une fois sur deux, quand j'ouvrais les yeux, je la voyais encore. Elle était mon double au féminin. Un visage pâle, de grands yeux turquoises, une chevelure d'ébène qui, avec les années, avaient perdus de leur éclat. « Arès ... » Il m'arrivait d'entendre sa voix douce, parfois avec la faiblesse que lui avaient imposé ce démon. J'ouvris doucement les yeux. La pièce était différente, plus saine, plus spacieuse. Elle ne faisait pas partit de mon univers. Elle n'était pas mon présent. Et pourtant, allongée sur le lit, elle souriait. Je n'avais plus vu ce dessin sur ses lèvres depuis l'âge de huit ans. Le métier de notre mère l'avait achevé, de même que sa triste figure. Ma mère était morte le jour où elle avait choisit d'être prostituée pour pouvoir nous élever et nous garder. En faisant ce choix, elle s'était condamnée et son âme s'était peu à peu ternie, jusqu'à ne laisser qu'une enveloppe que j'étais incapable d'aimer. J'aurais dû. J'aurais dû la soutenir mais je ne voyais que par Cassie qui se tenait responsable. Cassie qui en souffrait. Ma Cassie. « Je t'aime Arès. » souffla t-elle en tendant la main. Je n'avais plus de larmes pour elle. Je l'avais quitté dans un cimetière fouetté par le vent il y a des années. Je n'avais plus de larmes à verser pour ma moitié. Mais alors quelle était cette goutte d'eau sur mon visage tourné vers le sien ? Je souris. Une esquisse fanée, fatiguée. « Pardonne moi. » murmura t-elle. Je fermais les yeux avant qu'elle pose la main sur ma joue. Je ne la sentis pas. Peut-être un souffle d'air, léger, imaginé. Quand je les rouvris de nouveau, elle n'était plus là. Je tendis le bras et posai la main sur le lit.

Fauchée par le destin. Par elle.

Je me levai dans l'obscurité de mon appartement. Les lumières de la ville se reflétaient dans les vitres. Je préférais le passé. Je préférais les ruines, celles dans lesquels je me reconnaissais. En voulant redonner à notre histoire sa gloire, ne tentais-je pas de reconstruire l'homme que la vie avait brisé ? J'allumais une cigarette et appuyai ma paume contre la fenêtre. Un objet attira mon attention, comme à chaque fois qu'elle m'apparaissait dans un demi songe. Un walkman. Je me revis poser le casque sur ses oreilles pour ne plus entendre les cris graveleux des clients de ma mère. J'avais douze ans. « Comment l'as tu eu ? » chuchota t-elle. J'avais quitté l'école. J'avais traîné dans les rues à la recherche d'un espoir. J'avais fait une rencontre et m'étais laissé entraîner dans un gang. Chaque jour, quand ma sœur travaillait, je vendais de la drogue et je rendais des services pour lesquels j'étais payé. Quelques billets que je cachais, quelques billets que je lui réservais. J'avais pris des coups de couteaux, j'avais été intimidé plus d'une fois. J'avais tenu bon, dans l'espoir de lui offrir une autre vie. Peu à peu, j'étais devenu un voyou. Peu à peu, je m'étais endurcit. Et j'avais enterré sous les coups, les bagarres et les morts que je causais par la drogue sous un cœur de pierre qui pesait toujours dans ma poitrine. « Arès … ne deviens pas comme maman. Ne te perds pas. » Je crispais les doigts sur la vitre. La leucémie avait emporté ma sœur avant nos quinze ans. Et ces mots … elle les avait soufflé la dernière fois que je l'avais vu, si chétive dans son lit d'hôpital. « Ne te perds pas comme maman. » J'avais fait le contraire. Je m'étais perdu, noyé. Plutôt que de vendre, j'avais consommé. J'avais hurlé sur ma mère, l'avait maudit, avait claqué la porte. J'avais traîné et vécu dans la rue, plein de haine et de colère. J'avais haït la terre entière. Jusqu'à ce que je me retrouve en sang, enfermé dans un commissariat de police. Le destin y avait placé un des professeurs du collège. Un professeur d'histoire. Une brune aux yeux bleus.



Mais elle n'était pas le seul fantôme de ma vie. J'écrasais ma cigarette contre le meuble de bois, recouvert de cicatrice et descendis l'escalier pour rejoindre le salon. En son cœur trônait un énorme sac de box, marqué de déchirure toute recousues à la va vite. J'attrapai mes gants que j'enfilais et frappai. Je frappai pour expulser Cassie de mes souvenirs. Et je frappais pour fermer la porte à ceux qui me soufflaient le nom de Ruby.

Une rousse timide, au sourire naïf, rougit violemment quand je posai les yeux sur elle. Elle baissa la tête, dissimulant son minois écarlate derrière de ses longues mèches, voile derrière lequel elle resta durant toute la durée du cours. Quand elle sortit, elle me risqua cependant un regard. Je lui souris. Amusé. Elle n'était pas la première étudiante à piquer un fard quand un professeur la regardait. La timidité était répandue, en particulier chez les plus jeunes. Comme je m'y attendais, un voile de rougeur épousa ses joues crémeuses, mais et à ma plus grande surprise, elle planta son regard clair dans le mien. Et souris. Le dessin, délicieux, illumina les deux amandes qu'elle dardait sur moi. Je haussai un sourcil et hochai la tête avant de la saluer. Elle était donc une timide qui avait du cran. Je n'imaginais seulement pas à quel point.

Je n'étais plus un homme à femme. L'étudiant s'était bien laissé tourmenter par ses désirs, mais les remarques incessantes et les complaintes m'avaient guérit de toute forme de relation. Ça ne m'intéressait plus. Je me cantonnais donc à la coucherie et ne m'intéressait plus réellement aux pensées et déboires féminins. J'étais donc hermétique aux tentatives de charmes de mes étudiantes et n'avais pas réellement conscience de plaire, sauf quand elle agitait leurs attributs sous mon nez en battant des cils. Mais elle, elle était différente. Je ne vis rien chez elle, rien hormis ce voile de rougeur que j'attribuais à la naïveté. Je ne me méfiais pas quand elle restait un peu plus longtemps pour me demander des conseils, pour me parler de ses devoirs, pour me poser des questions sur le cours. Je pris l'habitude de lui parler et ne compris la teneur de ses sentiments pour moi que trop tard. Je m'étais attaché à elle, à nos discussions. Mais je n'étais pas amoureux. Je n'en voulais pas. Je me suis montré plus froid. Je suis partit en mission à l'autre bout du monde pendant des mois.

« Je t'aime. » La timide que j'avais entrevu chez elle ne m'a pas laissé faire. Quand je suis revenu, elle a sourit simplement. Et quand j'ai fait mine de partir, elle s'est hissé pour poser ses lèvres sur les miennes. Alors j'ai compris que mes sentiments s'étaient épanouis dès le premier regard et s'étaient renforcés à chaque discussion. Qu'ils s'étaient approfondis avec l'espace et le manque. « Je t'aime. » Des mots soufflés contre ma langue, une évidence affirmée. Elle était une évidence. Une évidence qui m'effrayait. Une peur que je jetais derrière moi. Elle apaisa mes blessures par sa présence. Elle colmata mes déchirures de ses baisers. La dureté du passé s'adoucit et je me laissai porter, malgré les on dit, malgré les critiques, malgré ce que j'étais. Un archéologue dont la réputation était d'ombre et de lumière. Un archéologue brillant en lien avec un monde sur lequel on crachait. Un monde dangereux. Un monde qu'elle acceptait, de même que l'homme brisé auquel elle réapprenait à aimer. Elle ne fut qu'un souffle dans ma vie. Que quelques mois.

 Elle fut une bague surmontée d'un saphir.
 Elle fut une bouée dans l'océan.
 Elle fut mon évidence, arrachée par la providence.

 Une sonnerie, un coup de téléphone en Turquie. Elle était dans le coma. Fauchée par un camion, son corps était brisé comme mon âme. Mais, contrairement à elle, je ne revins pas à temps pour guérir ses blessures. Elle mourut plusieurs heures avant que je n'arrive et c'est à la morgue que je retrouvais la femme que j'aimais. Une poupée de cire sans vie. Sans rougeur. Sans sourire.

 Mon évidence effacée.
 La cassure s'approfondit.
 La douleur me submergea.
 Et le turquoise s'effrita en une marée noire.



 Je frappais. Frappais en ignorant les sanglots d'un cœur enfermé. Frappais pour effacer la douleur de la perte. Frappais jusqu'à ce que les premiers rayons de l'aube lèchent les vitres et mon corps à demi nu. Frappais jusqu'à ce que la sonnerie du téléphone me rappelle à la réalité pour chasser de mon esprit les ombres du passé. Je retirai mes gants, en sueur et décrochai le téléphone. « Je me doutais que tu étais réveillé. » fit Kjeld, un sourire dans la voix. Je coulais un regard sur le décodeur télévisé et grommelai dans ma barbe. « Qu'est-ce qui te pousse à m'appeler à cinq heures du matin ? » « J'ai reçu les CV de tes potentielles assistantes et ... » « Mes quoi ? » Un gant tomba sur le sol tandis que, sourcils froncés, je tentais d’assimiler une information qui avait du mal à percer le brouillard qui pesait sur mon cerveau. « Une assistante .. tu sais que le département d'archéologie trouve que tu as trop de travail. Ils ont décidé de t’accoler une assistante pour te faciliter la vie. » « Je n'en veux pas. Bordel, je n'ai pas le temps ni l'énergie de supporter une ombre derrière moi. » « Tu t'es engagé à superviser une exposition pour le musée. Tu n'auras pas le temps de gérer cela en plus de tes obligations scolaires. Il te faut quelqu'un ! Dis toi que c'est pour un temps limité. » Je soupirai, et passai ma main sur mon front. « Sans parler que tu dois t'adonner à ton autre activité et que pour cela, tu vas avoir besoin de pas mal d'énergie. » Kjeld marquait un point. Si je voulais récupérer ces pièces inestimables, j'allais devoir endosser mon plus vieux costume. Celui d'un bandit, avec la somme d'argent nécessaire pour récupérer un bien qui avait sa place dans un musée et non dans les mains d'un trafiquants d'art … une étiquette que l'on me donnait également. « Bien … tu la choisis. » « Quoi ? Tu me laisses plein pouvoir ? » « Choisis qui tu veux et dis lui de ne pas trop me traîner dans les pattes. Et prends une femme froide et professionnelle. » « Pour t'éviter d'avoir envie de coucher ? » demanda t-il innocemment. « Tu t'intéresses beaucoup trop à ma vie amoureuse. Occupe toi de ta femme. » Il éclata de rire puis repris quelques secondes après. «  C'est elle qui veut absolument te caser. Moi j'entretiens tes désirs de liberté. Qu'a donné ton entretien avec le russe ? » Je plissai légèrement les yeux en frottant mon menton recouvert d'un léger voile brun et piquant. « Il a été assassiné. » Je n'étais arrivé que cinq minutes trop tard. Et une minute trop tôt pour son assassin. Une ombre à la chevelure blonde, une femme qui avait sauté par la fenêtre avant que je ne puisse voir son visage. Une femme qui m'avait privé d'un partenariat dont j'avais besoin. « Tu sais pourquoi ? » « Non. » Je tus le fait que je me renseignais dans l'ombre pour découvrir les raisons d'un tel meurtre. Et pour en savoir plus sur son successeur éventuel. « Bref … je m'occupe de tout ça. Mais ne t'étonne pas si tu as quelqu'un dans ton bureau lundi matin ! » rit-il avant de raccrocher. Je raccrochai d'une main ferme. Mon esprit pollué par le passé avait trouvé un nouveau sujet à décortiquer. Cette femme blonde … Je n'étais pas con et j'avais parfaitement conscience qu'elle m'avait peut-être vu. Loin de vivre dans un monde naïf, j'avais conscience que ce que j'avais surpris pouvait me retomber dessus. Il me faudrait être prudent. Je remontai les marches quatre à quatre, enfilai un survêtement noir et un haut tout aussi sombre. Le walkman trônait toujours sur le meuble. Je serrais les dents, lançais un vêtement dessus et descendis, mes propres écouteurs enfoncés dans mes oreilles. Chaussé et paré, je délaissai mon appartement aux coins remplis d'ombres et sortis pour mon footing matinal, avec l'impression diffuse que cette histoire allait faire virer de nouveau la mienne. A 360°.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 19:31

Bienvenue sur le forum avec le magnifique colin I love you
bonne chance pour ta fichette
Revenir en haut Aller en bas
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 20:19

Thank you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas Muñoz

avatar

funny jokes : 139
registration date : 07/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes, crackers, needles, spray paint.
best buddies ever:
availability: PRIS/silas, zachary, levi, tc.

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 20:38

colin, et ce début
bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Stevens

avatar

funny jokes : 124
registration date : 01/10/2016

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 22:02

Coucouuuuu
Contente de te retrouver ici, je réserve un lien d'avance hein!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sören Einarsson

avatar

funny jokes : 48
registration date : 25/09/2016

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 22:04

colin + le pseudo
que de bons choix, bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you

_________________
we're meant to be
And everytime I try to fly I fall without my wings, I feel so small. I guess I need you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Blackwood

avatar

funny jokes : 65
registration date : 29/09/2016

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 22:21

Welcome & bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Dim 2 Oct - 22:57

Andreas Muñoz a écrit:
colin, et ce début
bienvenue I love you

Andréas, mais quelle surprise !! ça fait plaisir de te revoir  Thank you

Blake Stevens a écrit:
Coucouuuuu
Contente de te retrouver ici, je réserve un lien d'avance hein!!

Coucou toi J'y compte bien future belle cousine ou je viendrais te harceler moi même

Sören Einarsson a écrit:
colin + le pseudo
que de bons choix, bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you

Thank you

Ian Blackwood a écrit:
Welcome & bon courage !

Thanks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joana Lester
- come on and scream a little louder -
avatar

funny jokes : 1114
registration date : 09/06/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: lip balm, cashew, a dream catcher.
best buddies ever:
availability: (0/3), free.

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Lun 3 Oct - 19:51

Le beau Colin. I love you
Bienvenue parmi nous et amuse toi bien.

_________________

'Cause I see sparks fly
whenever you smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mar 4 Oct - 13:42

Thank you Lady
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paisley Millburn

avatar

funny jokes : 209
registration date : 20/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability: 3/3 free

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mar 4 Oct - 14:15

Colin Ce choix!!
Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas Muñoz

avatar

funny jokes : 139
registration date : 07/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes, crackers, needles, spray paint.
best buddies ever:
availability: PRIS/silas, zachary, levi, tc.

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mar 4 Oct - 15:12

... okay, j'ai le cerveau en panne, tu m'excuses ?
(oui, j'veux des réponses sur le pourquoi du comment qu'on se connaît /pan/)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levi Miller

avatar

funny jokes : 479
registration date : 09/08/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes; alcohol; condoms; dog food; chips; weed
best buddies ever:
availability: open (6/7) /olivia, tyrell, héloïse, andreas, bobbi, noam.

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mar 4 Oct - 15:13

je passe juste par ici pour dire que j'adore la façon dont tu as présenté les questions
j'ai adoré lire ce passage de ta fiche
bon courage pour la suite I love you

_________________

i don't wanna know, who's takin' you home, and loving you so, the way i used to love you, no, i don't wanna know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reva Schuyler
and now that i'm without your kisses i'll be needin stitches.
avatar

funny jokes : 375
registration date : 14/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: baby pants, milk, cereals, red lipstick.
best buddies ever:
availability: ▶▶▷ - free (1/3) ronan, richie.

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mar 4 Oct - 16:29

Bienvenue parmi nous avec le beau Colin.

_________________

In my thoughts you’re far away and you are whistling the melody. Crystallizing clear as day, oh I can picture you so easily ✻ bastille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mar 4 Oct - 21:12

Paisley Millburn a écrit:
Colin Ce choix!!
Bienvenue parmi nous I love you

Merci beaucoup

Andreas Muñoz a écrit:
... okay, j'ai le cerveau en panne, tu m'excuses ?
(oui, j'veux des réponses sur le pourquoi du comment qu'on se connaît /pan/)

C'est parce que j'ai changé de pseudo moi J'étais Fenrir sur DYR. J'ai suivit Noam jusqu'ici

Levi Miller a écrit:
je passe juste par ici pour dire que j'adore la façon dont tu as présenté les questions
j'ai adoré lire ce passage de ta fiche
bon courage pour la suite I love you

ça me fait plaisir  Je voyais mal le monsieur répondre vu son caractère de cochon alors je n'ai trouvé que cette parade    mama, j'adore tes choix d'avatar

Reva Schuyler a écrit:
Bienvenue parmi nous avec le beau Colin.

Thank you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noam Sparks

avatar

funny jokes : 183
registration date : 01/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a suit and a pair of mocassin very beautiful
best buddies ever:
availability: 4/4 too late i'm busy

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mar 4 Oct - 21:50

je peux enfin vous souhaitez la bienvenue

mon cousin d'amour, j'suis contente de vous avoir convaincu de reprendre puis encore avec un autre perso, j'ai hâte d'en voir d'avantage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ross Kleiman

avatar

funny jokes : 338
registration date : 14/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: new guitar picks, a patsy cline record
best buddies ever:
availability: •••

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Mer 5 Oct - 23:26

Colin
Bienvenue parmi nous! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milena Voronov

avatar

funny jokes : 209
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: des lunettes, un téléphone, des livres
best buddies ever:
availability: (2/4) open.

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Jeu 6 Oct - 16:06



j'ai hâte de rp avec toi ca veut dire fini ta fiche rapidement Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès O'Hara

avatar

funny jokes : 30
registration date : 02/10/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability:

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Jeu 6 Oct - 17:08

Thanks Ross

Pressée de m'assassiner Frozen Girl? TA SIGNA

EDIT : et j'ai hâte de re rp avec toi cousin Cool ça va swinguer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnolia Atkins
take me to the heavens now, as we burn down, as we are found.
avatar

funny jokes : 602
registration date : 09/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a pair of christian louboutin, chardonnay, nail polish.
best buddies ever:
availability: ▷▷▷ - free (3/3), no one.

MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   Ven 7 Oct - 10:15

Validé avec plaisir. I love you

_________________
body to body until I'm catching my breath, this is not what I'm supposed to do. Try to shake it off, but I'm stuck on you, so Imma keep singing this sad song. ✻ plldailly @tumblr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arès ►We do not follow maps to buried treasure, and "X" never, ever marks the spot.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REQUETE] Google Maps "Ma position" imprécis
» Google Maps et boussole
» [AIDE] Localisation contact par google maps
» [INFO] Google maps
» [SOFT] GOOGLE MAPS 5.4 : Logiciel carte géographique et de plan en ligne [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: • TASTE LIKE BUTTERCREAM :: take a selfie with my cat :: welcome baby-
Sauter vers: