AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andreas Muñoz

avatar

funny jokes : 139
registration date : 07/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes, crackers, needles, spray paint.
best buddies ever:
availability: PRIS/silas, zachary, levi, tc.

MessageSujet: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 20:47


muñoz, andreas
andy, terreur.
¦ tu me crois la marée,
et je suis le déluge.
 

©tumblr/v. hugo.

nom complet ▪   andreas joaquin muñoz. tel père, tel fils. un nom lourd à porter devant les uniformes. un nom de guerre, un nom de faits. qu'il brandit, porte-parole. des origines gravées sur sa carte d'identité.  âge, date de naissance ▪  vingt-six ans. les âges fougueux. il y a de la rage, entre les dates. plus d'un quart de siècle, déjà révolu. et le sang qui bouillonne toujours. éternel adolescent. rebelle à la moelle. il n'a pas su abandonner les combats acharnés. un premier octobre, à boston. ici bas, ici-là. au début de l'automne, des feuilles rouges et des étés indiens. des cris et des rires, du sang et des larmes. octobre rouge, couleur chaleur. des guerres ont commencé, ce jour-là. des naissances et des morts. tous les ans en dilettante. signe astrologique ▪  balance. mais les astres ont menti, et l'équilibre n'a jamais vraiment été là.  origines et nationalité ▪  américain. mais la patrie, c'est pas le plus important. la patrie, c'est un mot qu'on colle sur le front. il y a les origines. cubaines. des dictatures ou des rêveurs armés. il y a les droits du sol. qui prévalent. et puis il y a les convictions. terribles et tenaces. le monde ne se limite pas à une frontière, un passeport. des bannières et des étoiles.  job, études, statut monétaire ($)infirmier militaire, réformé de l'armée de terre. des études qu'il a fait subventionner. vendre son âme au diable, et mimer l'envie de visiter l'enfer. contre toutes ses convictions. et au final, il est devenu l'exemple vivant qu'il cherchait tant. blogueur anarchiste. les plus sales, les mains dans la chair même de la ville. et sous la peau même de l'humanité. c'est déranger l'ordre, pousser la porte. crier en caractères taille douze sur une page pixelisée. des opinions vieilles comme le monde. l'ordre n'est fait que pour être renversé. militer, s'engager, s'enrager. contre une cause, pour une autre. la brèche aux cœurs des coups de mitraillettes, au moyen-orient. libraire occasionnel, pour rendre service à sa soeur. quand le temps lui reste, pour un peu de liquide. il erre dans le magasin de son aînée, et darde son regard sur des passionnés aliénés. il a le goût du sulfureux, du dangereux. statut civilofficiellement célibataire. pauvre mot, pour cacher une situation impossible à confier. charmeur professionnel aux proies manquantes. tue-l'amour vivant. ses draps sont trop facilement froids, et son coeur trop aisément enflammé. et puis il y a les cas et les en-cas. et des promesses étranges. solidement accrochée au corps, l'incapacité de demeurer pour un seul. de céder aux sentiments.  statut familial ▪  fils indigne, frère de guerre. il a joué des jeux dangereux, enfant. cadet de deux, tête brûlée en constante combustion. il aimerait haïr sa famille, parce qu'alors tout serait plus simple. il ne veut pas de la pitié, des remontrances. il en sent déjà assez dans le regard de sa soeur. mais il lui a juré le bien-être, et demandé le silence. pour ne pas faire sonner des alarmes dont le son résonne encore dans le fond de son crâne. traits de caractère ▪  idéaliste désabusé — rêveur pragmatique — amant solitaire — grande-gueule pudique — couche-tard lève-tôt — sportif de canapé — serviable rancunier — casanier apatride — influençable borné — révolutionnaire pacifiste — familial orphelin — obstiné maladif — impulsif regrettable — instinctif au quotidien — sociable sur-attentionné — pudique en privé — orgueilleux doutant en silence — passionné expansif — fidèle à lui-même — pierre à cœur d'artichaut — émotif honteux. à Boston depuis ▪  toujours et jamais. enfant du pays, pourtant d'ailleurs. il n'a connu que cette ville, qu'il hait autant qu'il aime. théâtre de tant de rêves, et de trop de cauchemars. il a été absent, des années d'errance. à l'autre bout du globe, pour une guerre qui n'a jamais été la sienne. le monde l'a ramené à son point de départ, depuis maintenant un peu plus d'un an. il n'est plus vraiment sûr, d'ailleurs. parce que les dates se mélangent, et le temps lui manque. soirée idéale ▪  entre rêve et réalité. il ne sait pas ce qui est mieux, et il se détruit à petit feu. il dit qu'il veut les corps et la sueur, la musique trop forte et l'ivresse sans lendemain. il s'enferme pourtant, les cuisses brûlées par son ordinateur, dans le noir des nuits du nord. pour cracher son venin, crier toute sa peine. il fait des rêves inavouables. d'une chaleur contre la sienne, logée au creux de ses draps bleus. rituel(s) du matin ▪  mornings are for coffee and contemplation. qu'importe la qualité, tant que l'amer est noir. la même tasse, la même vue. des gorgées du réveil, avant les minutes sinueuses sous le jet d'une douche trop chaude. il a besoin d'un peu de temps, avant de se laisser projeter. d'afficher sur écran toutes les dernières horreurs de ce monde. gourmandise(s) préférée(s) ▪  un pot de glace. vanille et noix de pécan. une saveur d'enfance, quand vient la survie. il y a des jours où il s'y limite. il y a des jours où il n'y a que ça. quand sa gorge se serre et qu'il n'y a que le froid. plat préféré ▪  un sandwich libanais. des falafels, et de quoi bouger. pas assez stable pour attendre des heures sur une chaise. il est tombé amoureux de cette cuisine-là, dans ses errances adolescentes. les échoppes, et puis les voyages. groupe ▪  honey cereals.


Votre blague de prédilection? two hunters are out in the woods when one of them collapses. he doesn’t seem to be breathing and his eyes are glazed. the other guy whips out his phone and calls the emergency services. he gasps : "my friend is dead ! what can i do ?" the operator says: "calm down, i can help. first, let’s make sure he’s dead." there is a silence, then a shot is heard. back on the phone, the guy says: "ok, now what ?" Votre technique de drague? l'instinct. il est trop direct, parfois. il ne sait pas comment agir, en réalité. il charme avec ce qu'il sait. des choses qu'il hait. son corps, son sourire abîmé. et la fièvre dans ses yeux, et les frissons sur la peau. Votre alcool favori? tant que l'ivresse est douce. il est habitué aux embruns de la bière, celle qu'il ouvrirait bien à toute heure. mais quand il se noie, il préfère la tequila. clair comme de l'eau, malgré les lendemains durs comme la roche. Votre tenue fétiche? un jean coupé, un pull trop grand. des airs d'enfant qui flotte, dans un monde trop grand. il reste sur la simplicité, la pauvreté de ses croyances. et il se rassure, de s'effacer derrière des masses sans formes. Le petit déjeuner parfait? un café et rien de plus. il vit de peu, quitte à marcher sur un fil. au bord la brèche, longeant les précipices. il sirote son or noir, du vent derrière les fenêtres. Votre rendez-vous idéal? pas son genre. pas son genre, d'aller à des rendez-vous. pas son genre, de se laisser bercer. il chasse, qu'il dit. même si ses nuits sont bien trop souvent solitaires. il ne veut pas de rendez-vous. pas un qui en ait l'air. même si un simple repas dans un diner lui suffit parfois. Plutôt noctambule ou casanier? les deux à la fois. même si il a besoin d'air, il a besoin de son refuge. ses derniers remparts, hors de ce monde. mais il reste bête de nuit. habité par des monstres un peu trop personnels. et le sommeil le fuit, et la sueur le glace. alors il préfère rester éveillé, jusqu'à ce que la corde cède. Si vous étiez une chanson? hero of war, rise against — gold shadow, asaf avidan — heroes, peter gabriel — cavalier, james vincent mcmorrow — society, eddie vedder — renegades, x ambassadors — colors, halsey — in this shirt, the irrespressibles — no church in the wild, kanye west — this night, black lab — atmosphere, joy division — glory, john legend — say it ain't so joe, murray head — prisoner, the jezabels. Votre objet fétiche ? des insignifiantes. ses draps, avant tout. ce monde dans lequel il s'étouffe et se calme. irremplaçables. cette montre accrochée à son poignet droit, malgré les conventions. un vieux cadeau, d'un vieil ami. et les choses qu'il hait, mais qu'il ne peut quitter. la boîte à souvenirs, au fond d'un placard. des dessins, des pages déchirées. des photos, des papiers. une époque qu'il voudrait oublier.



- C'est facile, c'est tellement plus facile
de mourir de ses contradictions que de les vivre.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -  
andreas, il a la fièvre au corps et la rage au ventre. de grandes idées et des envies de charmer. il drague pour chasser, il couche pour rêver. il sème des problèmes autour de lui et cherche des solutions à tout sauf aux autres. — dans la réalité, il a le langage fleuri. un humour borderline, du douteux au dérangeant. ça s'envole quand il s'énerve ou s'émerveille. et il jure dans sa langue maternelle, les mâchoires serrées. les matins après l'amour, à refaire le monde avec une tasse de café chaud. les soirs accoudé au bar, à ricaner en répétant qu'il faut recommencer cette société. — il a l'air solide, il a l'air confiant. avec sa moue boudeuse et son regard assassin. mais il se fend quand il rit, il s'écaille quand il doute. les grands airs lui sont collés à la peau. mais il y a des fissures dans lesquelles il ne faut pas planter le couteau. — les origines cubaines, la famille, il les revendique et il s'en moque. il a fini par ravaler les lames de rasoir et le fiel. mais les liens du sang valent plus que tout. il dit qu'il s'en fout. mais il reste le cadet, malgré les années. — des engagements, il en collectionne. il est contre, par principe. contre tout et pour tous. il s'acharne sur ses combats, les guerres et les frappes. comme un vieux souvenir qui ne s'oublie pas. les héros morts restent des cadavres froids. — obsédé des consentements. peut-être trop conscient de toute la merde de ce monde. il a des principes, stricts et sans faille. il refuse le charnel des gens bourrés. et il tient à son droit de dire non. non, comme si le simple mot pouvait arrêter les massacres et les désaxés. — des promesses à bras le corps. les serments, il ne les fait jamais sans conséquence. ils sont réels ou ils ne sont pas. et quand on ne peut pas garantir, on se tait. mais il a fait des promesses à sa peau, des encres sous l'épiderme. visibles de peu, sauf de ceux qui dorment dans les draps bleus. — les flics, il les rejette. il les rejette, refus de l'autorité. manque de confiance dans une bande de corrompus armés. et pourtant, il a déjà dû les fréquenter. plus d'une fois. que ce soit des reproches qu'on lui a fait, quelques tours en cellule de dégrisement. ou bien ces années-là. dans des rangs irréels. — en général, c'est un aimant à emmerdes. une loi de murphy accrochée à ses pieds, qui se traîne et le poursuit. karma en négatif mais peu de soucis. il n'a pas tendance à s'en préoccuper. il attire les mauvaises personnes, et à force il oublie. — il aimerait ne pas se rappeler les périodes sombres. mais c'est comme un moteur à colère, un réservoir à injustice jamais traitée. ça ne s'oublie pas, la silhouette frêle. ça ne s'oublie pas, les opérations à répétition. et l'incompréhension générale pour les beaux yeux flamboyants. trop pressé de se relever. — derrière les bibliothèques des auteurs oubliés d'une pensée réactionnaire, il y a aussi les goûts inavouables. pas du genre à être assumés, pour l'image et la bonne garde. — de manière générale, son appartement ressemble à un champ de mines. peuplé de pièges et de vieux objets. le matériel, ça le dépasse. le futile, l'inutile. comme une envie de faire un doigt d'honneur fauché à des bandes de gosses de riches exhibitionnistes du matérialisme. — l'endroit où il pourrait se faire le plus vrai, ça serait sur son matelas. là, à même le sol, à la lumière de cette fenêtre décrépie. les murs blancs, le bois qui craque, et les draps bleus. froissés et négligés. réconfortants. il n'en parle pas facilement, des rêves de petit garçon et des doutes étouffants. pas facilement, à part sous la couverture qui éloigne les monstres pour un temps.



pseudo, prénom ▪  LES DRAPS BLEUS. ou valentine, pour les intimes.    âge, pays ▪  bientôt dix-huit ans, du côté de toulouse.    avis sur le forum ▪  il a l'air bien sympathique, bravo.    type de personnage ▪  inventé. avatar ▪  jack falahee. dédicace & autre ▪  je suis en pleine installation étudiante, ayez pitié de moi.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas Muñoz

avatar

funny jokes : 139
registration date : 07/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes, crackers, needles, spray paint.
best buddies ever:
availability: PRIS/silas, zachary, levi, tc.

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 20:47


-  c'est ça, l'amour ; tout donner,
tout sacrifier sans espoir de retour.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -  
Il revoit la scène en boucle, mais il rajoute des néons derrière. Des stroboscopes, et des basses. Pour couvrir le bruit des éclats. Pour couvrir le bruit des grenades. C’était toujours comme ça. Du silence, pendant des jours. Pendant des mois. Jusqu’à ce que tout se précipite. Qu’un matin, ils se réveillent tous avec le goût de l’acier dans la bouche. Mauvais présage dont on ne parle pas. Mais on se regarde tous, dans le blanc des yeux. Entre les coups d’oeil, dans les coins des ruines. On essaie simplement de deviner. Deviner qui va y passer. Il bat des cils, le flou à la surface. Le temps de refaire le point sur son monde. Il grince des dents. Et il baisse le nez. Des ongles trop courts, qui grattent un coin de mâchoire ombré d’ébène crissant. Il soupire, les épaules contractées. Caché derrière un écran, frontière avec les autres. La gorge sèche, la lèvre enflée. Qu’est-ce que t’as fait ? Il frotte ses paupières, il laisse sa tempe s’échouer contre le verre de la vitre. Assis au fond du bus. Il garde son sac serré contre lui. Animal sauvage prêt pour la fuite. Et il regarde les clignotants filer. Les phares jaunes et rouges, les enseignes clinquantes. Toutes ces choses qui filent en arrière, flashs et mémoires. Des myriades d’étoiles qui s’écrasent sur la route. Sur les trottoirs encore luisants de la dernière averse. Il sent que ses rouages s’encrassent, à chaque fois que les nuages s’amoncellent. Mais il passe toujours la nuit éveillé. À écouter les bruits, à se laisser manger. Englobé d’une force trop grande à affronter. Une aiguille sous la peau, opiacé dans les veines. Il dessine des contes à faire cauchemarder les nouveaux-nés.

☆ ☆ ☆

Il gueule. Chien errant. Bête blessée. Ça n'a plus vraiment de sens. Mais il continue de hurler. Contre toute-attente. C'est sur lui, que c'est tombé. Et il est incapable de répondre à ses propres ordres. C'était une erreur, depuis le début. Il ne savait pas comment il avait fait. Comment il avait survécu. Pas pour le feu, pas pour les armes. Mais par les ordres, et la rigueur. À pleins poumons. Il relève le menton, du noir dans les visions. Ça tremble, ça suinte. Pâle comme un linge, les doigts qui essaient de rattraper les dégâts. T'endors pas. Il l'avait toujours dit. Il n'avait fait que ça. Répéter, en boucles infinies. Ferme pas les yeux, continue d'parler. La gorge sèche, les lèvres muettes. Le seul son a tout déchiré. Peut-être qu'il n'est qu'en train de rêver. Tout va s'arrêter. Cauchemar inopiné. Ses phalanges s'agrippent, des yeux écarquillés. Des marées rouge sombre, engluées dans la poussière. Alerte sous les ongles, alarmes sous la peau. Putain, non. Me dis pas que ça s'finit comme ça. Te fous pas d'moi. Un sursaut. Le dos qui colle, les draps humides. Des regards alentours. Des repères, des choses palpables. Il a le corps qui ses tord, le nez qui se renfonce dans l'oreiller. Les boucles emmêlées, et les jambes qui liment ses nerfs. Mais la ferraille est à côté. Bien réelle. C'est trois fois rien, j'te dis. C'est que d'la viande. J'vais pas devenir sentimental pour un bout d'muscle, t'sais. C'est pas un drame, y a pire que ça. J'suis vivant, j'te dis. C'est ce qui doit seulement compter, hein ?

☆ ☆ ☆

Il lui sourit. Des images qui passent trop vite. Il bat des cils, il chasse les mémoires. Mais pas la sienne. Ça colle, ça suinte. Une bête accrochée à l'arrière de son crâne. Un tâche d'huile, une marée noire. Il lui sourit. Assis sur le bord de la terrasse, sa cuisse contre la sienne. La nuit fraîche, et les frissons sur sa peau. Il l'épie, coeur battant. T'es qu'un gosse. Il préfère lui dire de se taire. Il sera bientôt majeur. Ça n'a pas d'importance. Et il sait le poids de ses iris, posés sur lui. Quand il détourne le nez, quand il mord sa chair. Quand il soupire, entre les secondes et les instants. T'es qu'un enfant. Il est assez grand, lui. Assez vieux, assez tout. Il a une vie derrière, une vie devant. Une vie qui l'entoure et qui l'étouffe. Mais quand il ferme la porte, il le transporte. Un éclat de rire, un rai de lumière. Il plante ses ongles dans son dos et il s'évapore. Aimant, amant. Il n'a rien dit en partant. C'était déjà assez, c'était déjà trop dur. T'as rien à faire là-bas. Rien à faire ici, non plus. Rien à faire, tout court. Rien, rien de tes pauvres mains. À part les insultes et les invectives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess Schuyler

avatar

funny jokes : 42
registration date : 05/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a ticket to the lottery, an caramel ice pot, mascara.
best buddies ever:
availability: (2/2) ▪ ?

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 21:09

Tu connais déjà mon avis sur ton avatar et puis ce personnage.
(ta plume )
Bienvenue officiellement et amuse toi bien parmi nous.

_________________

I hope you don't mind, I hope you don't mind
That I put down in words How wonderful life is
while you're in the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levi Miller

avatar

funny jokes : 479
registration date : 09/08/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes; alcohol; condoms; dog food; chips; weed
best buddies ever:
availability: open (6/7) /olivia, tyrell, héloïse, andreas, bobbi, noam.

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 21:19

wow, que des choix qui envoient du pâté et j'avoue que ta plume est sublime, bon dieu
bienvenue parmi nous I love you

_________________

i don't wanna know, who's takin' you home, and loving you so, the way i used to love you, no, i don't wanna know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paisley Millburn

avatar

funny jokes : 209
registration date : 20/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases:
best buddies ever:
availability: 3/3 free

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 21:28

J'aime ce que je lis
Bienvenue! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas Muñoz

avatar

funny jokes : 139
registration date : 07/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes, crackers, needles, spray paint.
best buddies ever:
availability: PRIS/silas, zachary, levi, tc.

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 22:02

tess ooooowh merci j'suis bien contente d'être ici, j'ai hâte de jouer avec vous

levi arrête j'vais rougir Arrow merci bicoup

paisley oh la belle emilia j'adore ton job merci I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ross Kleiman

avatar

funny jokes : 338
registration date : 14/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: new guitar picks, a patsy cline record
best buddies ever:
availability: •••

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 22:04

Le personnage et puis Jack I love you
Bienvenue parmi nous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas Muñoz

avatar

funny jokes : 139
registration date : 07/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes, crackers, needles, spray paint.
best buddies ever:
availability: PRIS/silas, zachary, levi, tc.

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Mer 7 Sep - 22:10

ross baby olseeeen omg, je vais te quémander un lien vu ce que je lis dans ton profil Arrow mais j'vois que Jack fait de l'effet, dites donc merci à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Jeu 8 Sep - 2:49

Contente de voir que tu as cédé!
Bienvenue à la maison, contente de te voir rejoindre nos rangs
Revenir en haut Aller en bas
Magnolia Atkins
take me to the heavens now, as we burn down, as we are found.
avatar

funny jokes : 602
registration date : 09/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a pair of christian louboutin, chardonnay, nail polish.
best buddies ever:
availability: ▷▷▷ - free (3/3), no one.

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Jeu 8 Sep - 8:00

Falahee est trop cute et il colle tellement à ton perso.
Bienvenue parmi nous.

_________________
body to body until I'm catching my breath, this is not what I'm supposed to do. Try to shake it off, but I'm stuck on you, so Imma keep singing this sad song. ✻ plldailly @tumblr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnolia Atkins
take me to the heavens now, as we burn down, as we are found.
avatar

funny jokes : 602
registration date : 09/07/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: a pair of christian louboutin, chardonnay, nail polish.
best buddies ever:
availability: ▷▷▷ - free (3/3), no one.

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Jeu 8 Sep - 15:25

Je suis fada de ta plume et ça me donne envie de le prendre dans mes bras.
Tu es validé avec grand plaisir.

_________________
body to body until I'm catching my breath, this is not what I'm supposed to do. Try to shake it off, but I'm stuck on you, so Imma keep singing this sad song. ✻ plldailly @tumblr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas Muñoz

avatar

funny jokes : 139
registration date : 07/09/2016

• FRIDAY NIGHT.
recent purchases: cigarettes, crackers, needles, spray paint.
best buddies ever:
availability: PRIS/silas, zachary, levi, tc.

MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   Jeu 8 Sep - 15:29

merci tellement pour tes compliments
viens donc faire des câlins à baby andy

merci beaucoup I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
≡ when it's cold outside i'd like to die. (andreas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stone Cold Limited Edition Classic Deluxe Figure!
» RGM-79 GM Cold District - Zen Type
» The legacy of Stone Cold Steve Austin
» "COLD RESPONSE" : exercice de l'armée de Terre
» Rapport de bataille Cold War Commander - Guerre de Corée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: • TASTE LIKE BUTTERCREAM :: take a selfie with my cat :: welcome baby-
Sauter vers: