AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I need your help, big brother! [Zeke&Joe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I need your help, big brother! [Zeke&Joe]   Jeu 4 Aoû - 0:23

Ce matin, j’avais été réveillée par Moustache, mon adorable chaton. Quelques temps à peine après que le soleil s’était levé, ce dernier grimpa dans mon lit et, comme à son habitude, il me donna de légers coups de patte dans le visage afin de me tirer du sommeil. Seulement, cette fois-ci, au lieu de se coucher auprès de moi en voyant que je ne me levais pas tout de suite, il se mit à miauler, jusqu’à ce que je fusse forcée d’ouvrir les yeux pour comprendre. À première vue, tout avait l’air parfaitement normal. Mais, en observant mon chat de plus près, je remarquai qu’il avait un œil à moitié fermé, comme s’il était incapable de l’ouvrir entièrement.

Inquiète, je me levai d’un bond, puis je pris Moustache dans mes bras. Seulement, celui-ci se débattit, ce qui était très inhabituel. Généralement, l’animal était très social, toujours à quémander des câlins et des caresses. Son comportement m’affola. En panique, je sortis du lit pour appeler Zeke, sans réfléchir une seule seconde au fait que je réagissais peut-être un peu trop pour un rien. En fait, à ce moment, tout ce qui comptait, c’était la santé et le bien-être de mon chaton. Je refusais qu’il lui arrive quoi que ce soit sous ma responsabilité et mon frère était le seul vétérinaire que je connaissais qui pourrait me venir en aide gratuitement.

Je m’emparai donc de mon téléphone et je composai machinalement le numéro de Zeke avant d’ouvrir ma commode d’un geste brusque. Puis, après m’être emparée d’une robe d’été plutôt simple, je me changeai rapidement pendant que le téléphone continuait de sonner un moment avant de faire jouer le message de la boîte vocale de mon frère. Furieuse, je me rendis à la salle de bain et je me brossai rapidement les dents et les cheveux, prenant bien soin d’harceler mon frère d’appels, jusqu’à ce qu’il daigne enfin répondre. « Où étais-tu, bordel? Ça doit faire une vingtaine de minutes que j’essaie de t’appeler! J’ai besoin de toi tout de suite, Moustache ne va pas bien! » Hurlai-je presque au téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need your help, big brother! [Zeke&Joe]   Jeu 4 Aoû - 8:32

Ça fait quelques jours que tu n’as plus de nouvelles de Cory. Depuis que vous vous êtes disputés à cause du mariage et de votre fierté mal placée, aucun de vous n’a essayé de contacter l’autre. C’est bête, tu le sais, t’en es conscient mais tu t’en moques. Tu ne seras pas le premier à revenir vers lui, malgré cette boule que tu as au ventre. Elle ne te quitte plus depuis qu’il a quitté ta maison te faisant comprendre que si tu voulais plus de lui, tu n’avais qu’à le dire. Cependant, tu n’avais pu rien dire, ni pour le retenir et le contredire, ni même pour lui dire que c’était le cas. Cet homme te fera perdre la tête un jour, t’en es sûr. Tu ne peux pas te l’enlever de la tête et ce même si votre relation est actuellement en péril. Mais vous êtes tous les deux trop têtus et trop fiers pour faire quelque chose contre la fin de votre relation. Ton cauchemar est en train de se réaliser. Il va se marier avec Tallulah, lui faire des bébés et toi tu seras dans un coin comme un pauvre con. Soudain, le café chaud que tu buvais se renverse sur ta peau, la brûlant au passage. Tu reviens à la réalité quand tu grimaces et t’exclames de douleur. Il faut que tu fasses attention ou sinon, tu risques de blesser un animal. Secouant la tête, tu soupires pour chasser les pensées concernant ton amant. Tu ne veux plus qu’il te distraie. Le premier patient de la journée arrive, te permettant de penser à autre chose. Il s’agit d’un chien que les maitres veulent faire castrer. Tu enfiles des gants pendant que ton supérieur s’occupe des détails. Tu prépares la table en sifflotant histoire d’avoir quelque chose en tête. Quelques minutes plus tard, tout est prêt et le vétérinaire entre accompagné de Mickey. Tu secoues une nouvelle fois la tête à cause du prénom du chien. T’as toujours trouvé les gens bizarres à donner des prénoms comme celui-là à leurs animaux de compagnie. Tu penses alors à ta petite sœur qui a appelé son chat Moustache. Y a pas plus cliché et tu lui as rigolé à la figure quand elle te l’a présenté. Sérieusement, elle pouvait pas trouvé plus kitsch et cliché pour ce petit chaton abandonné. L’intervention se finit et tu restes pour nettoyer, un sourire aux lèvres. T’as réussi à te sortir Morgan de ton esprit et ça te convient parfaitement. Ça ne fait qu’une dizaine de minutes que ton supérieur est sorti quand il réapparait, ton téléphone à la main. Tu fronces les sourcils. Tu n’as jamais aimé qu’on touche tes affaires et encore moins ton portable. Cet objet est toute ta vie. Tu ne t’en sépares qu’en de rares occasions comme une opération pour éviter que les ondes n’interfèrent avec les objets présents dans la pièce. Tu l’as toujours sur toi au cas où un membre de ta famille t’appelle et tu réponds toujours. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Depuis que tu aides Trisha et Axten à gérer les plus petits de la famille, tu n’éteins jamais l’appareil et même dans un moment peu propice aux appels, tu décroches. T’as toujours peur qu’il soit arrivé quelque chose aux membres de ta famille. « Ta sœur n’arrête pas de t’appeler… » Tu te précipites et enlèves tes gants à toute vitesse avant de décrocher. Tu n’as même pas regardé qui c’était avant et c’est la voix de Joe qui te hurle dans les oreilles une fois qu’elle a compris que tu avais répondu. Joelynn t’explique son problème et tu lèves les yeux au ciel. Ce n’est sûrement rien et elle doit flipper pour rien. Seulement, tu ne montres pas que ça t’agace. Pas besoin de lui donner plus de raison de te gueuler dans les oreilles. « Calme toi Joe. C’est sûrement rien de grave. » dis-tu pour la rassurer. En fait, tu n’en seras rien tant que tu n’auras pas eu le chaton entre les doigts pour vérifier. « Est-ce que tu peux l’amener à la Clinique ? Je vais essayer de l’ausculter entre deux consultations. » Tu peux bien faire ça pour ta petite sœur. Après tout, tu as été sans cœur avec elle la dernière fois. Ça te fera une occasion de te faire pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need your help, big brother! [Zeke&Joe]   Mer 10 Aoû - 22:11

En me réveillant ce matin, je m’étais tout de suite mise à paniquer. Probablement pour un rien, mais j’avais toujours été du genre impulsive, à m’inquiéter sans raison. Du coup, lorsque j’avais vu mon chaton dans cet état, j’avais tout de suite appelé Zeke sans trop réfléchir. Je savais qu’il était au travail, mais ça m’était égal. Tout ce qui comptait, c’était Moustache. Je m’étais attachée à ce chat que j’avais trouvé dans un refuge et c’était bien la première fois que je me montrais aussi responsable. En soi, c’était un grand accomplissement, mais la seule raison qui me motivait à le rester était mon petit animal de compagnie. Je ne voulais donc pour rien au monde qu’il lui arrive quelque chose et j’étais à peu près certaine que mon frère s’en voudrait aussi. Peut-être pas parce qu’il tenait à l’animal, mais plutôt parce qu’il n’aimait pas me voir triste. Parce que je savais qu’il tenait à moi malgré toutes nos taquineries. Et c’était pour cette raison que je l’avais appelé en premier. Ce n’était même pas une question d’argent, car dans le pire des cas, j’aurais pu prendre un peu d’argent dans le compte que je m’étais ouvert pour ma boutique.

J’étais donc là, chez moi, en train de faire des allé-retours dans la maison. Mon chat, qui était toujours étendu sur mon lit, m’observait d’un œil, l’air à se demander pourquoi je m’agitais ainsi. Mon frère, lui, tardait à répondre et mon stress augmentait au fil des secondes. J’étais littéralement sur le point de me mettre à me ronger les ongles, manie que j’avais perdue depuis des années. De plus, je n’avais qu’une envie, gueuler. Et c’est ce que je fis au moment où mon frère décrocha enfin le téléphone. Je savais qu’il était occupé et qu’il avait une excellente raison de ne pas répondre, mais pour l’instant, je m’en balançais royalement. « Calme toi Joe. C’est sûrement rien de grave. » Me dit mon frère après que je lui aie passé un savon. Et juste pour ça, je l’adorais. Au lieu de se mettre à me crier après, il avait caché son impatience et s’était contenté de me rassurer alors que la majorité des gens auraient clairement montrés leur agacement. Mais pas mon frère. Il avait beau être un débile profond, il n’était pas con pour autant et il savait toujours se faire pardonner. « Est-ce que tu peux l’amener à la Clinique ? Je vais essayer de l’ausculter entre deux consultations. » Ajouta-t-il après quelques secondes. Je n’avais pas de voiture et je savais que les bus n’acceptaient pas les animaux. De plus, je ne pouvais pas vraiment marcher pour m’y rendre, puisque la clinique était tout de même loin de notre maison. Par contre, je pouvais appeler un taxi. Ça me coûterait la peau du cul, mais ça en valait la peine. « D’accord, je saute dans un taxi et j’arrive. Je… Je suis désolée de m’être emportée et de t’avoir hurlée dessus. » Dis-je avec difficulté. J’étais plutôt orgueilleuse et je détestais reconnaître mes torts. « Mais t’es quand même une tête de pioche. » Ajoutai-je avant de raccrocher en vitesse, un sourire en coin collé aux lèvres.

Dès que j’eus coupé la communication avec Zeke, je rangeai mon portable à la va-vite dans mon sac à main avant de retourner dans ma chambre au pas de course. Heureusement qu’il n’était pas trop tôt, sinon j’aurais probablement réveillé toute la maisonnée et je me serais surement fait tuée par Alexe! Une fois dans la pièce qui m’appartenait, soit une petite zone d’à peine neuf mètres carrés aux murs couverts d’affiches de groupes de musiques divers et aux murs pratiquement invisibles peints en rose fuchsia, souvenir de ma jeune enfance, je m’emparai de mon chat et je courus jusqu’à mon placard pour m’emparer de la cage de transport dans laquelle je plaçai l’animal. Ce dernier protesta à l’aide d’un miaulement aigu, mais je ne m’en préoccupai pas. Je me contentai de me rentre au salon pour enfiler une paire de souliers avant de sortir et de sauter dans un taxi. Nous étions à Liverpool, alors ce n’était pas ce qui manquait! Néanmoins, j’avais été chanceuse d’en trouver un aussi rapidement. À croire qu’il m’attendait devant chez moi! Bref, une fois à l’intérieur, j’indiquai l’adresse au chauffeur qui me reconduit. Une fois arrivée à destination, soit quelques minutes plus tard, je sortis du véhicule pour me diriger vers le bâtiment dans lequel mon frère travaillait. J’ouvris la porte à la volée et je me retrouvai dans une salle d’attente pratiquement déserte. En fait, il n’y avait personne à part un aîné qui me jeta un regard de travers tandis que je me dirigeai vers la réceptionniste, les cheveux en bataille. « Bonjour. Je suis la sœur de Zeke. Pourriez-vous lui dire que je suis arrivée, s’il-vous-plait? » Demandai-je simplement à la dame avant de lui adresser un sourire courtois. J’avais beau avoir plusieurs défauts, je n’étais pas mal élevée. « Oui, il viendra vous trouver lorsqu’il en aura terminé avec son patient actuel. » Répondit-elle en me rendant mon sourire. Pour toute réponse, je murmurai un simple merci avant de me diriger vers l’un des sièges de la salle d’attente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need your help, big brother! [Zeke&Joe]   Jeu 11 Aoû - 9:47

Quand ton boss te dit que ta sœur appelle depuis quelques temps déjà, tu imagines pleins de scénarios, du plus morbide au plus simple. C’est pourquoi tu n’aimes pas ne pas avoir ton téléphone avec toi quand tu travailles. Mais ton patron a été plutôt clair. Tu n’as pas le droit de le prendre avec toi en salle d’opération et c’est exactement là où tu étais quand Joelynn a essayé de te joindre une vingtaine de fois. D’ailleurs, quand tu décroches, tu te fais engueuler pour ne pas l’avoir fait plutôt. Tu attends donc qu’elle te donne la réponse de ses appels incessants et tu soupires de soulagement quand tu apprends que ce n’est que son foutu chat qui a besoin d’aide. Sérieusement, elle ne pouvait pas te faire flipper plus que ça à faire sonner ton téléphone juste pour ce chaton recueilli il y a quelques temps. Tu as toujours peur que quelque chose de grave arrive à l’un de tes frères ou à tes sœurs, que tu ne peux pas t’empêcher de lâcher un petit soupir de soulagement. Tu te détends d’un coup et tu n’as même pas la voix d’engueuler Joe pour t’avoir appelé rien que pour un problème de chat. Du coup, tu la rassures en lui assurant que ce n’est probablement rien de grave. Il a sûrement du manger quelque chose qu’il ne fallait pas ou bu. Les choses dégueulasses étaient choses courantes chez les Freeman. Ne serait-ce que la pisse que votre paternel vous laissait en cadeau après une nuit ou journée de beuverie, ou encore les cachetons que votre mère dépressive avalait pas dizaines. Tu étais d’ailleurs étonné de les voir tous les deux encore en vie. Ils auraient dû mourir depuis longtemps au vu que tout ce qu’il avait ingurgité dans leur vie. Mais non, ils étaient increvables. Alors, ça ne te surprendrait pas si Moustache avait avalé quelque chose provenant de la chambre de vos parents. Tu proposes alors à ta sœur de venir à la Clinique parce que tu ne peux pas te déplacer vu que tu travailles. Elle te dit qu’elle va prendre un taxi. Elle s’excuse en même temps et tu restes interdit quelques secondes la bouche ouverte. Est-ce que ta sœur vient juste de s’excuser ou c’est ton cerveau qui te joue des tours ? « Je te rembourserai le taxi Joe, t’en fais pas pour ça. » Tu as la décence de ne pas relever le fait qu’elle s’est excusée parce qu’elle serait capable de mal le prendre. Tu te tais alors et lève les yeux au ciel quand elle te traite de tête de pioche. Tu n’as pas le temps de répondre à cette insulte de gamin que le téléphone te bipe dans les oreilles. Joelynn a déjà raccroché, préparant sûrement le chaton à venir ici. Avec un sourire blasé, tu ranges ton téléphone dans ta poche et te rend dans la salle d’attente pour prendre ton prochain patient. Il s’agit de Joy, un joli berger allemand d’une dizaine d’années. Tu fais passer le chien et ses maîtres dans la salle avant de fermer la porte derrière eux. Tu apprends que Joy est passé sous une voiture et que depuis, sa patte ne va pas bien. Tu te retiens de soupirer. Combien de fois tu sauves des chats et des chiens parce qu’ils ont été renversés par une voiture ou une moto. Les gens de Liverpool ne faisaient pas attention aux animaux lorsqu’ils conduisaient et tu trouves ça complètement déplorable. Une bête, quelle qu’elle soit, a un cœur, un système sanguin, une famille comme n’importe quel être vivant, sauf peut-être les plantes. Tu ne conçois donc pas que l’on puisse faire du mal à des animaux. C’est la raison principale qui t’a poussé dans cette voie… Ça mais aussi le fait que tu es plus à l’aise avec des animaux que des humains. Tu sais qu’eux au moins, ils ne te trahiront pas, qu’ils ne t’emmerderont pas avec leur problème. Tu fais donc passer quelques radios à la patte de la pauvre Joy en espérant ne pas trop lui faire mal. Apparemment pas, puisqu’elle ne bronche pas tout au long de la radio. Tu fais patienter quelques instants ses maîtres, le temps d’aller chercher les résultats et reviens avec un grand sourire aux lèvres. Ce n’est rien d’autre qu’une petit foulure. Ce sera guérie dans moins d’une semaine si elle ne court pas partout. Voir les propriétaires de Joy heureux parce qu’elle n’a rien de grave, te fait sourire aussi et tu vois avec eux les différents médicaments à lui donner à cause de sa patte. Lorsque c’est fait, tu te rapproches une dernière fois de l’animal pour lui bander la zone blessée. On n’est jamais trop prudent. Tu penses alors à Cory parce que cette scène te rappelle le jour où tu l’as trouvé à moitié mort dans l’entrée de chez lui. Ce jour-là, tu aurais pu tuer son père si tu l’avais vu. Vous aviez passé un bon moment tous les deux malgré les premières minutes un peu cahoteuses. Tu soupires en secouant la tête. Tu ne peux pas penser à lui maintenant. Mais ce n’est pas ta faute, ça fait trop longtemps que tu ne l’as pas vu. Tu ne sais même pas s’il va bien… Tal ne veut pas te donner de ses nouvelles. D’ailleurs, tu trouves que ces deux-là se voit trop souvent à ton goût. Ta paranoïa refait surface quand tu y penses et tu chasses ces idées de ton esprit quand tu dois ramener tout le monde à la sortie. Vous repassez par la salle d’attente et tu vois ta petite sœur. Tu te précipites vers elle, alors qu’elle se lève et embrasse le haut de son front. « T’en fais pas pour lui. C’est un Freeman et un Freeman c’est increvable… Regarde les parents. » T’essaies de plaisanter un peu pour détendre l’atmosphère et Joe. Elle est tellement tendue qu’elle pourrait servir de ficelle aux strings qu’elle porte. Tu ouvres la marche, la jeune femme sur tes talons et tu entres à nouveau dans la salle pour ausculter ce petit Moustache. « Est-ce qu’il a bu ou mangé quelque chose d’inhabituel ? Est-ce qu’il est sorti récemment ? Est-ce qu’il a passé une bonne nuit ? As-tu noté s’il avait mal quelque part ? » Tu es devenu professionnel et pose toutes ces questions pour être en mesure de soigner au mieux cette petite boule de poil. Pour une fois que ta sœur fait quelque chose de responsable, tu vas tout faire pour guérir ce chat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need your help, big brother! [Zeke&Joe]   Sam 13 Aoû - 18:35

Un bref moment de silence s'installa après que j'eus traité mon frère de tête de pioche. Je me doutais que mon insulte ne l'avait pas réellement atteint et que s'il se taisait, c'était probablement plutôt pour digérer sa surprise face à mes excuses, car en temps normal, ce mot n'était pas très courant dans mon vocabulaire. Néanmoins, il se ressaisit bien assez vite. Il reprit donc la parole après quelques secondes à peine pour m'informer qu'il me rembourserait le taxi. Ce n'était pas vraiment nécessaire, mais je n'allais pas cracher sur un peu d'argent supplémentaire! Il m'en faudrait beaucoup pour ouvrir ma boutique et, si jamais mon projet n'aboutissait jamais, je pourrais très bien me servir de cet argent pour faire des cadeaux aux membres de ma famille. Pour les remercier de m'avoir aider, même si aucun d'entre eux était au courant de mes ambitions. « Si t'insistes. » Répondis-je rapidement à mon frère avant de lui raccrocher au nez. Ce n'était pas très poli, mais j'étais pressée, alors ça m'était complètement égal.

Une vingtaine de minutes plus tard, j'arrivai enfin à la clinique. En entrant dans le bâtiment, la première chose que je fis fut d'aller voir la réceptionniste. Sans tarder, je lui annonçai le but de ma visite et j'allai m'asseoir dans la salle d'attente. On m'avait informé que mon frère était présentement avec un ''client''. Je ne savais donc pas vraiment combien de temps j'allais devoir attendre, mais j'espérais que ce ne soit pas trop long. Je me doutais bien que Moustache n'était pas entrain d'agoniser, mais son état m'inquiétait tout de même. Surtout qu'il n'avait pas ouvert les yeux depuis une bonne dizaine de minutes. Peut-être qu'il avait une infection à l'oeil? Inquiète, j'imaginais déjà mon chaton devenir aveugle et mourir de faim parce qu'il n'arrivait plus à retrouver son bol de nourriture dans notre grande petite maison. Bon, d'accord, je dramatisais. Mais quand même.

Les secondes s’écoulaient et moi, impatiente, je faisais les cents pas dans la petite pièce où j'étais enfermée. J'angoissais plus que je ne le devrais, car pour moi, ce petit chat était très important. Il était bien plus qu'un simple animal de compagnie. En fait, je testais mes limites avec lui. Je me servais de lui pour devenir plus responsable, pour voir si je serais un jour capable de prendre soin de quelqu'un d'autre que moi-même. Du coup, le fait de le savoir malade me donnait l'impression d'avoir échoué. Et je n'aimais pas du tout ce sentiment. Alors je faisais tout pour l'oublier, pour que le temps passe plus vite. Je marchais sans relâche, décrivant de petits cercles dans la pièce, me rongeant les ongles de temps à autre.

Puis, après quelques minutes, mon frère arriva enfin. J'allai me lever pour me jeter sur lui, mais il me devança. Il vint vers moi et après quelques pas, il arriva à ma hauteur. À ce moment-là, il me salua à sa façon, en m'embrassant sur le front. Il s'agissait d'une vieille habitude de lorsque nous étions gamins. « T’en fais pas pour lui. C’est un Freeman et un Freeman c’est increvable… Regarde les parents. » Dit-il pour me rassurer. Il était loin d'avoir tort. Nos parents auraient du être morts depuis longtemps vu le train de vie qu'ils menaient, mais ce n'était pas le cas. Et dans un sens, ça m'attristait. Je les voyais comme des boulets plus qu'autre chose, puisqu'ils n'apportaient que du négatif dans ma vie. Gamine, j'espérais toujours qu'ils finissent par devenir responsables. Qu'ils s'occupent enfin de nous. Sauf que mes espoirs se sont vites envolés, remplacés par de la colère et de la frustration.

« Oui, on est des survivants. » Répondis-je en esquissant un petit sourire tandis que nous nous dirigions enfin vers la petite pièce au bout du couloir où Moustache sera examiné. Une fois à l'intérieur, je posai la cage de mon chaton sur le comptoir. « Est-ce qu’il a bu ou mangé quelque chose d’inhabituel ? Est-ce qu’il est sorti récemment ? Est-ce qu’il a passé une bonne nuit ? As-tu noté s’il avait mal quelque part ? » J'eus à peine le temps de relever la tête que mon frère me bombarda de questions auxquelles je pris le temps de bien réfléchir. Je ne savais pas du tout s'il avait mangé quelque chose d'inhabituel, puisque son état s'était rapidement déterriorée pendant mon sommeil. Je n'avais donc pas pu le surveiller. Par contre, j'étais certaine qu'il n'était pas sorti, puisque je refusais de le laisser quitter la maison. J'avais bien trop peur qu'il se fasse frapper par une voiture. « Je ne sais pas, non et je crois qu'il a mal aux yeux. Il ne les a pas ouverts depuis un moment, alors... » Dis-je en sortant l'animal de sa cage pour que mon frère puisse l'examiner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need your help, big brother! [Zeke&Joe]   Dim 14 Aoû - 16:15

La moindre des choses est de payer le taxi à ta sœur. Elle se déplace pour t'amener son chat malade, alors c'est normal qu'en compensation tu prennes en charge ses frais de déplacement. Et puis, c'est aussi pour toi une façon de t'excuser pour la dernière fois. Tu lui as tellement mal parlé que tu ne sais pas si elle t'as pardonné. Enfin, tu ne te fais pas de soucis pour ça parce qu'elle te raccroche au nez et toi, tu retournes au travail. Dire que tu ne t'inquiète pas est totalement faux. Tu as beau être un connard fini en ce moment, tu n'en restes pas moins le grand frère de Joelynn. Alors, tu as la tête ailleurs alors que tes patients canins et félins te passent entre les mains. T'essaies de garder la tête concentrée sur ce que tu fais mais c'est compliqué. Entre Cory et Joe qui te prennent toutes tes pensées, tu n'as pas une minute de répit. Tu sais que tu as été cruel avec ton petit ami quand il est venu te voir parce qu'il s’inquiète. Tu sais qu'il a fait un effort pour ravaler sa fierté pour venir et pourtant, tu ne peux pas t'empêcher de toujours avoir envie de le faire souffrir, de le briser comme il te brise. La solution serait que tu le quittes, que tu l'oublies. Ça serait parfait pour tout le monde. Ainsi, il n'aurait pas à se marier à ta meilleure amie et pourrait continuer sa vie sans toi. Comme toi, tu le ferais sans lui. Cependant, tu sais qu'actuellement, tu ne pourrais pas l'abandonner. Ce type, tu l'as dans la peau. Tu sais que même si ton corps réagirait sous les caresses d'un autre, parce que c'est naturel, tu ne vibreras jamais autant que lorsque c'est ton bouclé qui le fait. Alors tu restes, tu souffres et tu te tais. Enfin, pas dernièrement... Tu lui as dit ce que tu pensais et ça c'est pas bien passé. Rien que d'y penser ça te donne envie de pleurer. T'es vraiment pathétique et t'as envie de te foutre une claque. Tu secoues donc la tête pour te sortir le brun de tes pensées. Tu ne veux pas qu'il interfère dans ton travail, déjà qu'il a une grande place dans ta vie. Tes pensées reviennent donc tout naturellement sur Joe et son chat. Bien que tu aimes les animaux plus que les humains, avoir un animal à toi ne t'as jamais traversé l'esprit. C'est trop de responsabilités. T'as pas le temps de t'occuper des plus jeunes pour aider Alexe et de t'occuper d'un autre être humain. T'en vois assez toute la journée pour ne pas avoir envie d'en avoir un à la maison. Cependant, personne n'avait rien dit quand Joe avait ramené cette petite boule de poil. Vous aviez vu tous une occasion de la responsabiliser un peu. Parce que vous aviez beau la couver un peu, elle était irresponsable. Le coup du vol de ta drogue et l'arrestation en était la preuve. Bon, t'avoues que c'était aussi de ta faute. Tu n'avais qu'à pas laissé tes affaires traîner partout, mais elle, elle n'avait qu'à pas fouiller dans tes affaires. T'espères quand même que l'idée de reprendre de la drogue ne lui effleurera plus jamais l'esprit. Tu sais que t'es mal placé pour lui faire la leçon vu que toi même tu en prends de temps en temps mais quand même, tu te sens obligée de la lui faire, pour qu'elle ne reproduise pas les mêmes erreurs que toi. Tu finis de t'occuper de Joy, la chienne à la patte blessée avant de raccompagner ses maîtres jusqu'à la salle d'attente. Après quelques formalités pour leur dire au revoir, tu t'avances vers ta sœur pour lui embrasser le front. T'essaies en même temps de la rassurer en parlant du fait que c'est un Freeman ce chat et qu'il ne mourra pas. T'ajoutes même que les parents ne sont pas morts eux et Dieu sait qu'ils l'auraient du être des centaines de fois. Entre ta mère accroc à ses médocs pour la dépression et ton père alcoolique, t'as pas vraiment eu les parents idéaux. Heureusement que Alexe était là pour vous, sinon bonjour la merde que la vie aurait été. La voix de Joe te parvient alors qu'elle acquiesce à ce que tu viens de dire. T'aimes pas la voir dans cet état d'inquiétude, alors tu te diriges de suite vers une salle libre et fait entrer ta petite sœur. Tu la bombardes de question à peine la porte fermée pour lui montrer que tu te soucis du chat et que tu vas tout faire pour l'aider. Tu l'observes pendant qu'elle réfléchit et tu peux carrément voir son inquiétude sur son visage. Tu n'aurais jamais pensé que Joe puisse être attachée à ce point à un animal, elle qui d'habitude est si irresponsable. Tu la laisses sortir Moustache de sa cage et tu remarques qu'effectivement il n'ouvre pas les yeux. T'enfiles tes gants et récupères le chaton sans le brusquer. Il se débat quelques temps dans tes bras mais tu arrives à le calmer en lui parlant et le caressant. Tu le poses sur la table pour examiner ses yeux. Ils sont tous collés et tu grimaces quand tu vois l'infection. Heureusement, ce n'est rien de grave et tu vas pouvoir le soigner. Seulement, il faut que tu expliques à ta sœur quelques risques que le chaton encoure. « Alors, j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle... » Tu lui laisses le temps d'assimiler ce que tu dis avant de reprendre. « La bonne, c'est que ce n'est rien de grave. Son œil est infecté, mais tu l'as remarqué rapidement et donc, je vais pouvoir le soigner tout aussi rapidement. » Tu souris à ta sœur pour la rassurer. Tu sais que ce n'est qu'une question de jours avant qu'il n'ouvre les yeux correctement. « Il va avoir l’œil fermé de cette façon pendant quelques jours, maximum une semaine. Tu vas devoir lui mettre ces gouttes dedans en l'ouvrant délicatement... comme ça. » Tout en parlant, tu poses ton regard sur le chaton entre tes mains et tu lui ouvres l’œil délicatement. Il se plaint, mais tu continues en déposant deux gouttes de l'anti-biotique sur sa rétine. Quand c'est fait, tu embrasses le haut de son crâne comme tu as fait quelques secondes plutôt avec ta sœur avant de lui rendre la précieuse boule de poil. « La mauvaise nouvelle, c'est que je ne sais pas comment il a eu ça. Si c'est simplement une infection parce que tu as oublié de lui nettoyer les yeux ça va. Mais s'il s'est cogné quelque part, il risque de peut-être finir aveugle d'un œil. » Tu restes silencieux pour que ta sœur assimile ce que tu viens de dire. Il ne faut pas qu'elle paniques, mais elle doit réaliser que c'est sûrement une éventualité à envisager.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I need your help, big brother! [Zeke&Joe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I need your help, big brother! [Zeke&Joe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Big Brother (au Québec)
» THREEZERO - TROOPER / BROTHER FUNG TROOPER
» Petite parodie des 2min du peuple pour mon twin brother xD
» The Pacific : Band of Brother version US marines...
» [SOFT] iPRINTandSCAN : Utiliser votre imprimante Brother depuis votre smartphone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: • WONDERLAND :: rp-
Sauter vers: